Un air de…

Ces jours-ci flotte un air de fin du monde… La pseudo fin du monde de 2012 qui avait inquiété, de manière irrationnelle certains, a-t-elle fermé nos yeux aujourd’hui ? L’humanité ne semble pas prendre au sérieux la probabilité d’une catastrophe mondiale. Et pourtant…

Aujourd’hui, tout le monde se préoccupe du coronavirus, en souriant ou pris de panique (stress bien entretenu par les média) mais nous courons tous bien d’autres dangers plus graves et oubliés ou passés sous silence. Le risque nucléaire existe toujours bel et bien même si nous sommes moins angoissés que durant la période de la guerre froide : armements plus ou moins cachés, terrorisme, chefs d’état à la santé mentale inquiétante (même le nôtre n’est pas bien net)… Les changements climatiques sont visibles alors même que quelques personnes crient toujours au mensonge : chaleur anormale, tempêtes de plus en plus fréquentes et violentes, inondations… Le développement de manipulations génétiques et de nouveaux virus peuvent compromettre notre avenir, notre survie.

Je crains que, pour le changement climatique,  il ne soit déjà trop tard. Rien ne change. Quand on sait que les émissions de gaz à effet de serre sont 50% plus élevés qu’en 1990 et que depuis 2000, les taux d’émissions ont augmenté plus rapidement encore que les trois précédentes décennies combinées, on peut s’inquiéter (le coronavirus a du bon : la pollution a diminué en Chine).

Les puissances militaires nucléaires se réarment dangereusement et d’autres pays progressent dans ce domaine. Si les armes de dissuasion nucléaire sont détenues à 90 % par la Russie et les Etats-Unis, il ne faut pas oublier que le Pakistan, l’Inde, la Chine et la Corée du Nord augmentent également leur arsenal nucléaire et que des escarmouches éclatent régulièrement dans la région du Cachemire entre le Pakistan et l’Inde sans compter que les tensions sont fortes entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine. (Kim Jong-un, Trump, Bachar el-Assad et Poutine ne sont pas des dirigeants rassurants pour l’équilibre du monde et nous ne pouvons écarter la possibilité d’une guerre nucléaire par accident ou erreur de calcul.)

En outre, les risques du nucléaire civil sont inquiétants : nous nous souvenons tous de Tchernobyl et de Fukushima mais aujourd’hui plus de quatre-cents réacteurs nucléaires dans le monde ont plus de trente ans d’âge ; ils devraient être entretenus et/ou démantelés (pour être éventuellement reconstruits dans de meilleures conditions de sécurité). En France, de nombreux accidents, incidents et anomalies sont relevés régulièrement sur les centrales nucléaires vieillissantes (on ne nous en parle guère) mais deux tiers de nos réacteurs nucléaires approchent la date fatidique de durée de vie pour laquelle ils ont été construits, à savoir quarante ans : que va-t-on faire ? Sans oublier qu’il faut aussi traiter le problème des déchets nucléaires bien encombrants.

Enfin la démocratisation de l’informatique et de la robotique peuvent être des menaces pour l’humanité : cyberguerre de l’information affaiblissant la capacité de la société à réagir et pouvant faire effondrer l’économie, voitures sans pilote, armes autonomes…

Sans aucun doute, l’humanité vit un tournant pourtant, le monde semble ancré dans ses querelles habituelles, futiles voire puériles : manque de communication, de respect, d’éthique, egos surdimensionnés… Les décideurs du monde entier ne parviennent pas à sortir de ce modèle qui favorise leurs intérêts personnels mais hypothèque l’avenir de l’humanité.

La bêtise, l’égocentrisme et l’inaction politique risquent bien de faire sonner la fin du monde dans peu de temps. Le coronavirus va-t-il accélérer la fin ? Personnellement, je ne ne crois pas mais cette pandémie, ce COVID-19 arrange bien Manu qui interdit les rassemblements et empêche ainsi de trop parler des retraites et surtout de l’abus du 49.3.

Share

2 réflexions sur « Un air de… »

  1. Je me demande si tout ceci ne peut se résumer en cette simple constatation, nous sommes trop nombreux sur terre !
    et d’autres doivent arriver à la même conclusion !
    Il faut produire pour nourrir et entretenir l’humanité, alors que faire, en revenir à l’âge de pierre ?
    Par contre, je pense que le changement climatique se faisait déjà bien avant que n’apparaisse l’homme, et on ne peut dès lors faire porter les conséquences des changements !
    Raspail avait raison en 1973 avec son camps des saints, l’ Europe est aujourd’hui menacée par des millions de musulmans qui veulent profiter de ce que nous avons construit en Europe, plutôt que de relever leur propre pays
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. bonjour chere Françoise, nous sommes en danger, c’est certain, le nucleaire, le climat, les virus, nous avons là dessus un gouvernement au dessous de tout, prets à ceder notre arme nucleaire à l’Europe ! tres hesitants sur le climat, admettons qu’on fait ce qu’il faut pour les virus , mais on peut on douter quelquefois, on nous parle de la personne « zero », dans la region de Creil, a t on vraiment refléchi au fait que les avions partis à Wuhan rapatrier des français en zone contaminée, sont partis et revenus de la base de Creil , je ne pense pas que ce soit les avions qui sient contagieux, mais les humains qui ont conduit ces avions, et sont revenus à leur base ?? comme ce sont des militaires alors « top secret » ! ils ne peuvent être contagieux !! en attendant comme tu dis ça arrange bien Macron et sa reforme des retraites ! bonne journée, bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *