Pillage !

Le pillage c’est l’action de piller ainsi que le résultat de cette action ; on dit aussi mise à sac. Dans les périodes de révolte, on assiste à des combats de rue et au pillage des magasins. Par extension, on appelle pillage le fait pour une personne de s’emparer du bien d’autrui mais aussi le détournement de fonds publics (à la suite de manoeuvres plus ou moins frauduleuses) pour procéder au saccage systématique d’un « trésor ». Ainsi la réforme des retraites telle qu’elle est n’est ni plus ni moins le pillage du siècle. Je m’explique.

Au lieu du régime universel, équitable pour tous qui est promis « À contribution égale, pension égale » (en 2070), on assiste pour le moment à la protection des régimes spéciaux du public, des avantages de certains voire même à leur augmentation et à l’attribution de compensations, le tout étant financé par les réserves des caisses du privé.

C’est en nous enfumant et en accélérant les prises de décision que le gouvernement veut faire passer sa réforme. L’examen du projet est présenté à l’Assemblée Nationale le 17 février 2020.

Pourquoi cette précipitation ? Pour vous aveugler et vous éviter de comprendre que les dindons de la farce, c’est vous, employés du privé : le gouvernement va siphonner ls caisses de retraite du privé pour financer les régimes spéciaux.

Pourquoi tous ces mécontents ? Parce que le gouvernement fait n’importe quoi : soit le régime est universel (c’est pour tout le monde pareil), soit on ne change rien. Or le discours du président et des ministres n’est pas clair. Savent-ils réellement ce qu’ils font ? Mesurent-ils les conséquences de leurs choix ? Je ne crois pas. Ceux qui ont des privilèges et les moyens de les défendre le font ; ils se font entendre et petit à petit, le président et son gouvernement lâchent du lest.

  • Le gouvernement  a proposé aux avocats, mercredi 15 janvier 2020, de maintenir une caisse propre à leur profession dans le cadre du régime universel mais confirme et acte la fin du régime autonome « solidaire et excédentaire », qui « fonctionne parfaitement » et « ne coûte rien à l’Etat ». Les réserves de cette caisse de retraite s’élèvent à 2 milliards d’euros.  Les avocats ont bien géré leur caisse, le gouvernement prend leurs sous et dit tranquillement : « Nous doublons les cotisations pour la moitié de la profession mais si vous voulez payer moins, allez voir votre caisse qui trouvera une solution. » Manœuvre intéressante pour nos énarques ou députés LREM, non ? Ils ont trouvé un bon filon.
  • Les médecins ne sont pas contents et le disent aussi. « Nous ne sommes pas des régimes spéciaux, nos caisses sont bénéficiaires et nous entendons les garder », clamait le Dr Jérôme Marty, président de l’Union française pour une médecine libre (UFML), différenciant les caisses de retraites des indépendants de celles de la SNCF, de la RATP et des industries électriques et gazières, déficitaires et renflouées chaque année par l’Etat, c’est-à-dire par vous et vos impôts. Il y a 7 milliards de réserve pour la caisse de retraite des médecin, prêts à être pompés par le gouvernement.

 

  • Pourquoi Madame Buzyn a-t-elle tout abandonné au profit de Monsieur Olivier Véran ?
  • Qu’a-t-on promis à la dame (parce que la mairie de Paris ce n’est pas gagné) ?
  • Pourquoi le choix d’Oliver Véran ? Ex-socialiste qui, à Grenoble, mercredi 22 janvier 2020, aurait dû rencontrer à sa permanence LREM des personnes opposées à la réforme des retraites  venues en chantant : « Olivier Véran, on vient te chercher chez toi ! » pour lui remettre un diplôme « plastifié ,à accrocher dans son bureau… » en remerciement « de son zèle à casser les solidarités, la sécurité sociale et à servir la finance. »  Cet Oliver Véran ne ravit pas les urgentistes :« … mettre comme ministre celui qui avait été à la manœuvre pour faire voter la loi de finance, qui motive aujourd’hui le mouvement à l’hôpital, ça frise la provocation« , dénonce dimanche 16 février 2020, sur franceinfo Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France.
  • Pourquoi cette précipitation de Macron et du gouvernement ?
  • Pourquoi cet entêtement ?
  • Qui pilotera et de quelle façon les paramètres ? (à savoir : les valeurs d’achat et liquidative du point, l’âge pivot, l’indexation des pensions, le taux de cotisation, l’évolution du plafond et les durées de cotisation requises pour bénéficier pleinement de la pension minimum universel (85% du Smic net).

N’est-ce pas la ruine programmée des jeunes travailleurs ? Dans quel but ?

Je vous rappelle que les pillages par l’État sont récurrents : sous Sarkozy, le FONGECIF n’a rien pu faire contre le décret officialisant la ponction de 300 millions d’euros paru au Journal officiel du 29 janvier 2011. « Floutage » sur le devenir de cette somme volée aux travailleurs pour leur formation et qui a profité à Pôle Emploi. ( Pôle qui fait quoi efficacement ?).

Des tas de questions se posent ? Quel est le véritable but recherché ? J’ai une vague idée mais je suis sans doute « négative », on me l’a déjà dit.

Une chose est sûre, je n’ai pas confiance dans la mafia qui nous gouverne.

 

Share

3 réflexions sur « Pillage ! »

  1. quand un gouvernement assure que le système actuel ne peut durer faute d’ argent, il faudrait être idiot pour ne pas comprendre que le nouveau système à point permettra de tirer plus d’argent des français qui ont encore la chance de travailler en commençant comme tu dis par piller les réserves existantes !
    Mais la résistance ayant été forte beaucoup ont obtenu des dérogations, la dernière en date concernant la banque de France.
    Je me souviens de Valls qui tout en dénonçant le 49/3 l’ avait utilisé 7 fois !
    Alors aujourd’hui, on peut s’attendre à tout, par exemple au salaire universel proposé par Hamon !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. cette proposition de loi pour retraite « universelle » , est un tissu de mensonges et de n’importe quoi, plus personne n’y comprends rien, mais certaines banques savent tres bien dans quel but, ils commencent a faire de la pub, pour des fonds de retraite à capitalisation (telle AXA) c’est pour elles que l’on prepare cette loi ! par pour les gens du privé, ni pour certains regimes speciaux, qui de doute façon seront perdants … alors attendons nous au 49/3…ou à d’autres grèves …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *