Jacques

Quand on dit Jacques, je pense à « Jacques a dit » ou à Brel ou encore aux Frère(s) Jacques, singulier ou pluriel.

« Jacques a dit » est un jeu qui m’a amusée il y a longtemps et qui m’énerve de temps en temps quand j’entends « Jacques a dit a dit » ; influencés par quoi ? La marque Jacadi ?

Jeu de société (majoritairement joué par des enfants) qui nécessite un maître de jeu endossant le rôle de Jacques et donne des ordres faisant souvent référence aux parties du corps comme :

« Jacques a dit : touchez-vous le nez ! »

« Jacques a dit : pointez l’index vers le genou gauche ! »

Les joueurs ne doivent exécuter l’ordre que lorsque la phrase commence par «Jacques a dit». Si le maître de jeu ordonne simplement  «Sautez sur place ! » par exemple,  ceux qui ont exécuté l’ordre sont éliminés car il n’ya pas eu le « Jacques a dit » introductif mais, afin de pousser les joueurs à l’erreur, le maître du jeu peut commencer son ordre par « Jacadi a dit », ce qui ressemble à la phrase correcte mais à laquelle les joueurs ne doivent pas répondre car elle est différente de «Jacques a dit». Est-ce ce piège qui a amené à une confusion poussant certains à croire que la phrase « Jacadi a dit : … » est la phrase correcte ? Et c’est ça qui m’énerve. (un peu).

« Jacques a dit » est aussi une chanson de Christophe Willem, écrite par Zazie :

Au singulier : le Frère Jacques :

Au pluriel, les singuliers Frères Jacques :

Voilà où m’emmène le décès de Jacques Chirac, notre « Grand Jacques » à nous, pas celui des Belges, leur Jacquot national, celui qui parlait d’adieux  plus ou moins définitifs : « Ne me quitte pas » :

 

Et comme ça bouillonne toujours dans ma tête, j’ai pensé d’autres Jacquot :

  • (familier) le perroquet gris d’Afrique ou n’importe quel perroquet domestique ;
  • (régional, dans le Jura) geai ou pie qui parle ;
  • le Jako à La Réunion: « jako » malbar, homme-singe grimé qui se contorsionnait pour ramasser des pièces de monnaie avec la bouche lors des défilés indiens. Vous pouvez en apprendre davantage LÀ (clic). (Autrefois, les parents menaçaient leurs enfants « les marmays » du Jako qui était leur « Père Fouettard », une sorte de diable qui donnait le fouet aux enfants turbulents et venait les chercher quand ils avaient fait une bêtise.) 

et même à d’autres Jacques:

  • participant de la Jacquerie de 1358. L’emploi comme nom commun du prénom Jacques est péjoratif, il est appliqué aux vilains par les nobles.
  • par extension, le mot jacque signifie paysan ou même tout simplement homme misérable et marginal.
  • familièrement et même parfois avec sa majuscule : niais, sot.  on connait tous l’expression « Faire le jacques »  pour dire : faire l’imbécile, agir stupidement. 

Il y a aussi Jacquou le Croquant qui n’a jamais réellement existé. C’est un personnage de fiction, héros du roman éponyme d’Eugène Le Roy, publié en 1899 dont l’action se passe en 1830 dans la forêt Barade (commune de Fanlac) ; il décrit la lutte d’un jeune paysan en révolte contre la misère liée à l’oppression du seigneur de l’Herm : le comte de Nansac. Jacquou est un enfant imaginé par l’écrivain mais son histoire est basée sur des faits et des lieux réels. Jacquou est le dernier des Croquants, ces paysans rebelles. Il y en a long à dire sur les croquants et les jacqueries : de la Grande Jacquerie de 1358 aux révoltés d’Ajain, des paysans creusois en

J’arrête de « faire la jacqueline » (comme disait ma grand-mère). Je reviendrai demain pour d’autres Jacques.

 

Share

2 réflexions sur « Jacques »

  1. Fantastique esprit qui bouillonne et nous emmène loin dans l’ imagination et les souvenirs, mais qui ne serait pas l’ oeuvre ou la partie d’un créateur ?
    Pour un homme j’ aime une voix d’homme, et non de castrats, dont l’ histoire nous montre que leur vie n’ est pas si aisée !
    Je préfère les compagnons de la chanson aux  » frères Jacques « , et Brel pour sa présence quand il chantait.
    Pour le grand Jacques de 189cm, on retiendra son capital sympathie, à condition qu’ on arrête de nous en parler !
    Passe une bonne fin de semaine Françoise
    Bisous

  2. Jacques un prenom bien à la mode en ce moment… comme grand Jacques, je retiendrai d’abord Jacques Brel , pour moi le plus grand … et « jacou le croquant » un symbole de lutte des opprimés, bien sympathique , un bon souvenir des ces années télévision, où on nous montrait l’histoire de France et de bonnes creations!
    maintenant c’st le neant ! bon weekend amities

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *