Ça m’énerve (un peu)

Il arrive fréquemment que certains mots ou expressions soient particulièrement à la mode dans les médias mais à force de se répandre dans n’importe quel contexte, ces termes finissent souvent par être employés à mauvais escient. Leur signification originelle se trouve progressivement modifiée au fur et à mesure des utilisations plus ou moins heureuses, pour finir en non sens ou même en contre sens.

Le « un peu », délibérément utilisé dans le titre de ce billet, minore tout et apparait trop souvent à mon goût dans les discours. D’un côté, on exagère puisque le catastrophisme semble plaire ; de l’autre on modère pour que certains événements ne paraissent pas trop violents. Qu’est devenu le « parler vrai », juste, et l’impartialité idéale des journalistes ?

Pour en revenir au blabla quotidien, je constate que plus les mots paraissent sophistiqués, plus le discours paraît complexe et savant, plus les utilisateurs en tirent de la fierté, ils ont réussi leur effet de style et ont attiré l’attention, alors justement ATTENTION à ne pas paraître stupide. Je déteste cette propension vaniteuse à vouloir faire croire que l’on est intelligent parce qu’on est incompréhensible et à faire croire que l’on appartient à une classe sociale qui n’est pas la sienne. Je ne peux m’empêcher de penser au Bourgeois gentilhomme, ce fameux et fumeux Monsieur Jourdain qui « faisait de la prose sans le savoir » et confondait l’être et le paraître, qui croyait que l’habit fait le moine. Or, la noblesse, on dit aujourd’hui, dans une société républicaine : la classe, ne se résume pas à des déguisements mais se trouve dans l’élégance naturelle de l’attitude et du propos.  Il faut se souvenir que le maître de musique de Monsieur Jourdain affirmait :

« C’est un homme, à la vérité, dont les lumières sont petites, qui parle à tort et à travers, et n’applaudit qu’à contresens… »

Et oui, Monsieur Jourdain ne trompe pas tout le monde (trompe-t-il seulement quelqu’un ?).

Son langage, riche en impropriétés et en approximations, fait sourire même ses serviteurs et son envie de paraître fait que ses maîtres (ses professeurs) ne voient en lui qu’un bon filon à piller.

Pour en revenir à notre époque, les choses ont peu changé, les « stars » recherchent toujours admiration, richesse, pouvoir et leurs mots, plus ou moins heureux, mis à la mode sont sciemment relayés par les uns, bêtement imités par les autres, deviennent rapidement des tics de langages pour les journalistes en mal d’imagination et qu’ils nous rabâchent à longueur de journées.

Comment oublier le « Allo ! t’es une fille t’as pas de shampoing, c’est comme si je dis t’es une fille t’as pas de cheveux » déposé par la production de l’émission et la même phrase, précédée du prénom Nabila, déposée quelques semaines plus tard par Nabila Benattia elle-même. Quelle époque !

Combien ont déboursé les entreprises pour avoir repris de façon détournée le phrase si intelligente de Nabila ?

DIA, la chaîne de distribution low-cost a quant à elle lancé quelques jours avant Pâques son « Allô ? C’est comme si je te disais t’es une poule et t’es pas en chocolat ! »

IKEA, le géant de l’équipement pour la maison, a promu son coussin Hällö » affichant à Marseille un « Allô? Non mais allô quoi ? T’es une chaise et t’as pas de coussin ? Allô? Allô! »

OASIS, la boisson aux fruits, en a fait : « T’es un fruit et t’as pas de pépins ? Non mais à l’eau quoi !!! » tout en reprenant les éléments de décor de l’émission devenue « les oranges de la télé-réalité« .

Aujourd’hui, présentement, on peut devenir célèbre (momentanément, plus ou moins durablement) et s’enrichir avec rien au départ : du vent et de la chance. Tant mieux pour ceux qui en profitent et en sont heureux mais cela crée du rêve pas cher pour les moins bien lotis. Immoralité. Décadence. Quel bel avenir !

Share

3 réflexions sur « Ça m’énerve (un peu) »

  1. ça me fait penser à Nicolas Boileau, et son fameux
    Ce qui se conçoit bien
    s’énonce clairement
    et les mots pour le dire
    arrivent aisément !
    Alors tu devines ce que je pense du charabia qu’ on nous sert !
    Quand aux pubs, quelle tristesse , à croire qu’ elle ne s’ adresse qu’à des béotiens !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. bien triste ce charabia qu’on nous impose, particulièrement dans les pubs, qui deviennent inaudibles ! je comprends que ça puisse devenir « un peu » inaudible !!
    bonne fin de semaine bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *