Yoyo

Billet oublié de juin : Yoyo ou montagnes russes ? Le thermomètre joue au yoyo ou fait des montages russes : hier après-midi 34°, aujourd’hui à la même heure 12°, un 5 juin à seize heures, du côté de Toulouse. Youpi ! Maillot de bain ou anorak ? L’an passé 2018, c’était pareil et en 2017 aussi. Alors finalement, c’est un temps normal, un temps de saison. Pas vrai ?

De toutes façons, on ne peut pas changer grand chose à la météo, on subit.

Pour ce qui est de l’environnement, de la pollution de la planète, du réchauffement climatique, on peut et on doit faire quelques efforts, très vite ; il faut cesser d’agir comme des gougnafiers, ne pas se laisser berner par les politiciens et les capitalistes qui s’arrangent tous sur notre dos pensant sans aucun doute être épargnés, eux et leurs enfants, des catastrophes prévisibles. Ce ne sont pas de nouvelles taxes qui changeront la donne mais bien les comportements : utiliser les nouvelles technologies, les visio-conférences plutôt que les déplacements. Montrer l’exemple, vous les « Conseilleurs », c’est vous qui circulez le plus souvent en avion (et à nos frais).

Pour en revenir à la météo du jour, je vous avoue que le vent, le froid, la pluie me minent un peu le moral. J’essaie quand même de sourire et même de chanter pour faire revenir le soleil. Vous souvenez-vous de cette Aïcha ?

Quant aux expressions du début de ce billet :  « jouer au yoyo » et « faire des montagnes russes », elles sont faciles à comprendre mais j’y reviens malgré tout.

Le yo-yo est un jouet constitué de deux hémisphères aplatis, réunis par un axe autour duquel s’enroule un fil dont l’une des extrémités est retenue par la main (attachée ou non par une boucle autour d’un doigt) et le jeu consiste à lancer le yo-yo et à le ramener dans un va-et-vient continu de haut et de bas. Le yo-yo est aussi appelé émigrettejeu de Coblence ou joujou de Normandie ; cest sans doute le plus ancien jeu du monde après la toupie.

On dit aussi yoyot(t)er pour jouer au yoyo. En argot, yoyoter c’est aussi déraisonner, avoir le comportement d’un fou, perdre la tête, divaguer. On peut préciser : yoyoter de la touffe ou de la mansarde, de la toiture. Si les expressions relatives à la folie vous plaisent, j’ai déjà traité le sujet dans « Monde de fous », « Mots crus d’antan ».

Les montagnes russes sont des attractions composées de véhicules parcourant (très) rapidement des trajets sur des pentes sinueuses amenant des sensations de peur chez les passagers.

Pourquoi les appelle-t-on ainsi ? Tout simplement parce qu’elles sont apparues en Russie au seizième siècle. À l’origine, c’étaient des pentes construites en bois, couvertes de glace en hiver, sur lesquelles les gens se laissaient glisser dans des sièges en osier. Ces attractions étant très populaires, des entrepreneurs, au dix-huitième siècle, reprirent l’idée en remplaçant les traineaux par des chariots sur rails. Plusieurs manèges de ce type furent ouverts à Paris au début du 19e siècle, sous le nom de « montagnes russes ».

 

Share

2 réflexions sur « Yoyo »

  1. La chanson me fait penser à Kahled, qui était loin d’ être aussi gentil qu’ il cherchait à le paraître !
    Heureusement dans un sens qu’on ne peut pas changer le climat, encore que l’ on est capable d’ empêcher la pluie, pour un défilé militaire par exemple !
    On doit tout faire pour moins polluer, et c’ est mal parti avec le mercosur qui fera que la viande de boeuf fera des milliers de kilomètres avant de nous arriver, bien remplie d’ hormones !
    Le yoyo, les billes, la toupie, c’ est loin de la tablette !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. ah le yoyo, un vieux jeu un peu oublié, mais ça avait son charme ! la temperature oui fait le yoyo, mais chez nous pas trop, nous restons souvent au sommet , de 43 nous sommes redescendus à 37, c’est mieux, mais c’est quand meme bien chaud, si on n’a pas la clim ! oui il faudra serieusement s’attaquer à la tâche, et pas seulement avec des taxes, changer ses habitudes, pour continuer à vivre dans un monde acceptable, bonne fin de semaine chere Françoise, bisous René

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.