Encore une…

Aujourd’hui tout va trop vite, on s’enflamme par écrans interposés dans tous les domaines que ce soit l’actualité ou l’amour. On se sent floué, roulé, on se fait avoir. Il y a de quoi discuter des heures mais je veux restreindre le sujet :  » Encore une qui « s’est fait avoir », je ne veux pas évoquer les rencontres sur internet mais revenir à la vraie vie, quand les femmes se font avoir

On dit de quelqu’un qui s’est fait avoir, qu’il s’est fait rouler dans la farine, qu’il a été piégé.

L’expression « rouler dans la farine » date du XIXe siècle et vient de l’association de « rouler » dans le sens de tromper et de farine associée au domaine du spectacle : la farine est la poudre blanche dont on se couvre le visage, notamment pour se maquiller, pour empêcher de reconnaître les acteurs et ainsi de tromper les gens.

Aujourd’hui les méthodes trompeuses sont largement utilisées dans les domaines commerciaux et politiques : le mensonge se fait à grande échelle, sans aucun remord de la part des menteurs et avec une naïveté étonnante de la part des victimes. Je suis chaque jour surprise par ce que les Humains sont capables de gober. Je reviens aux femmes qui se font avoir dans tous les domaines.

Une sorte de toile emprisonne les femmes depuis très longtemps (toujours ? Non, il y a eu les Amazones au moins) dans une vie de subordination sans qu’elles ne se révoltent. Elles acceptent, soumises. Pourquoi ?

L’éducation et la peur.

Quand elles s’en rendent compte, elles essaient de se rebeller mais d’autres femmes les dénigrent au lieu de faire cause commune. Dommage ! Il n’y a pourtant de quoi se plaindre de la condition féminine : éducation différente selon les sexes, discrimination dès l’école dans le choix des filières (imposées ou déconseillées), discrimination salariale ensuite, temps partiels plus ou moins forcés, préjugés divers. Il ne faut jamais perdre de  vue que, quoi qu’on dise à propos de l’évolution de la société, les femmes sont pénalisées dans leur carrière et surexploitées par la société. Travail domestique et tâches ménagères ne sont pas équitablement réparties dans les familles ; au travail, la maternité ruine souvent la carrière et en politique les femmes passent souvent pour des potiches, des godiches ou… bref, elles sont souvent tournées en ridicule : la seule ayant obtenu un peu de respect est Madame Simone Weil mais qu’a-t-elle dû endurer en 1975 ?

Les femmes sont piégées par les comportements et stéréotypes qu’on leur a inculqués, qu’elles devraient critiquer et faire évoluer mais ce n’est pas toujours simple, le conditionnement est trop ancien. On ne peut taire le fait que les femmes ont peur de la perte de pouvoir dans leur « foyer », pouvoir qui leur a été laissé pendant des siècles qu’elles ont peur d’abandonner par crainte d’être une « mauvaise mère » ou une « mauvaise maitresse de maison » sans compter que dans le domaine professionnel, elles ont souvent peur de ne pas être à la hauteur bien que le chemin pour décrocher les diplômes soit plus difficile pour elles.

La force physique et la dépendance économique les a longtemps contraintes à se taire (et ça continue). Pour terminer, un exemple en chanson :

Combien de sœurs, d’épouses voire de mères ont été flouées ?

Share

4 réflexions sur « Encore une… »

  1. Les femmes demandent de plus en plus l’égalité des sexes mais je pense que ce ne sera jamais possible car, rien que pour une embauche pour un poste à responsabilité une femme se trouvera toujours discriminée car elle est plus sujette à avoir des arrêts de travail pour une grossesse, par exemple ou un enfant de malade et qui l’obligera à s’en occuper …
    La préférence du patron sera souvent pour l’homme car moins de risques d’arrêts, même si la femme est plus compétente et/ou diplômée !
    Mais il y a encore des femmes qui sont fières de l’être et de montrer qu’elles sont de parfaites maitresses de maison, mères ou même épouses …
    Par contre, dans les carrières, on voit de plus en plus de femmes faire des métiers d’hommes et j’adore ça !
    Déjà, je m’appelle dominique, prénom pour les deux sexes mais je pense que je suis plus homme que femme …
    Je n’ai jamais aimé jouer à la poupée et j’adore bricoler : je fais de tout, comme un mec. Lolll
    Mais celà ne m’empêche pas d’aimer m’occuper de la maison …
    Par contre, s’il y a de la poussière et qu’un interrupteur ne fonctionne plus, je vais me précipiter sur la réparation en laissant la poussière !
    Il faut dire que j’ai été élevée dans une famille où j’étais bien plus souvent avec mon pépé chéri, bricoleur hors pair, plutôt qu’avec ma maman et ma mamie, derrière les fourneaux …
    Suis hors sujet, là, comme souvent, d’ailleurs …
    Mais il reste des femmes qui se font tout un honneur d’avoir une maison nickel et savoir recevoir de simples amis comme si c’était le président de la république !
    Question fringues et ‘pomponage’, c’est pareil : j’en connais qui ne pourraient pas sortir de chez elles sans être maquillées …
    Résumé : certaines veulent être l’égales des hommes mais sans perdre leurs petites manies de femmes.
    Et une femme qui travaille a deux fois plus de boulot qu’un homme !
    Il faudrait que ce soit dans les deux sens : que les hommes se mettent au ménage et à la cuisine, tout en s’occupant des enfants mais eux, pour la plupart, préfèrent garder leur titre de chef de famille qui assure le revenu du foyer !
    Tout ça n’est pas prêt de changer, sauf de rares exceptions …
    Heureusement, j’ai l’impression que la nouvelle génération y vient de plus en plus et ça, c’est formidable !
    Allez, cessons d’être pessimistes et espérons que, petit à petit, ça va évoluer dans le bon sens.
    Je te souhaite un bon dimanche, avec des bisoux, ma françoise ♥
    PS : heureusement que j’avais repris mon ordi pour te répondre car je me suis encore laissée emporter comme chaque fois qu’un sujet m’intéresse …

  2. Si j’ étais patron , et que cela était possible , il me semble que je n’ embaucherais pas de femmes , parce qu’ il y a le problème des accouchements , qui oblige souvent à prendre une remplaçante en attendant le retour de la mère !
    Ou alors , à compétence égale, des femmes d’ un âge qui les mettrait à l’ abri d’ un nouvel enfant.
    Dans ce monde où règne le chômage , je trouve dommage que les hommes ne gagnent pas forcément assez pour permettre à l’ épouse de rester au foyer et de s’ occuper de l’ éducation des enfants.
    Je me doute que tu vas trouver ça macho , mais c’ est ce que je pense !
    Passe un bon dimanche Françoise
    Bisous

  3. Juste un tit coucou pour te souhaiter un bon mercredi, avec des bisoux, ma françoise ♥

  4.  » Bonne fin de semaine, avec de gros bisoux, ma françoise ♥. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.