Archie

Archie, ce peut être le diminutif d’Archibald, un drôle de prénom, celui du capitaine Haddock, le meilleur ami (un brin « alcoolo ») de Tintin ou celui de Cary Grant, comédien américain d’origine britannique (1904-1986) dont le nom véritable était Archibald Alexander Leach ou un suffixe issu du grec ancien arkhein (« commander »).. Ainsi on peut trouver :

    • Anarchie : forme d’organisation politique, définie par l’absence d’autorité centralisée. Je pense depuis toujours que ce serait la société idéale si les Hommes étaient intelligents, justes et généreux. Pas de police, juste le bon sens et l’autodiscipline pour règles.
    • Andrarchie : pouvoir laissé aux hommes, les mâles (c’est ce qui se passe depuis presque toujours et ce n’est pas l’idéal).
    • Dyarchie : (ou diarchie) gouvernement par deux hommes ou deux pouvoirs ; organisation avec deux dirigeants sur une position égale (Le gouvernements d’Andorre est un exemple de dyarchie contemporaine).
    • Énarchie : ensemble des énarques. Néologisme (péjoratif ?) : gouvernement de la France par les énarques, les hauts fonctionnaires sortis de de l’ENA (Ecole Nationale de l’Administration), tous fonctionnant sur un même modèle ainsi Hollande, Macron et compagnie. Nous voyons en ce moment les résultats de l’énarchie, c’est bientôt l’anarchie, dans le sans pagaille (gros merdier ; état de désordre dans lequel se trouve un État par suite de la carence ou de la faiblesse du pouvoir politique.).
    • Gynarchie : appelé aussi gynocratie ou gynécocratie, c’est un régime politique dans lequel le pouvoir est exercé par des femmes ; dans des rêves un peu fous comme celui des Amazones, ce n’est pas près d’arriver tant les mâles s’accrochent au pouvoir.
    • Heptarchie : gouvernement de sept individus. En Histoire : nom des sept royaumes  fondés par les Anglo-Saxons après la fin de la domination romaine
    • Hiérarchie : ordre des degrés de l’état (ecclésiastique au départ), de l’administration, des entreprises. Subordination de l’un à l’autre. J’ai un sourire en coin que ceux qui me connaissent bien s’expliquent par une réponse que j’ai donnée, un jour, et qui choqua : « la voie hiérarchique, ce truc qui va d’un tas de petits cons au con en chef ». C’est le rêve des quelques énarques : des organigrammes, des degrés pour asseoir son pouvoir. Organisation pyramidale qui se traduit en général par un système de récompenses (prime, augmentation de salaire, promotion…) et de sanctions (avertissement, mise à pied, licenciement…) ;en langage courant « la carotte et le bâton » pour faire avancer (Avec l’attente de multiples « Merci, chef » flatteurs d’ego.)
    • Matriarchie : société dans laquelle les mères (ou par extension les femmes détiennent l’autorité, le pouvoir. → voir gynarchie, gynocratie, matriarcat. (Les éléphants vivent dans une matriarchie.)
    • Mollarchie : système politique où les mollahs contrôlent le pouvoir. afin de créer une société où l’on est libre d’exprimer ses opinions mais pas contre l’Islam. La liberté ne peut exister puisque l’humain est esclave de Dieu et les femmes deux fois plus que les hommes.
    • Monarchie : système politique dans lequel le pouvoir appartient à un monarque, un seul chef : le monarque, le roi. Elle était de droit divin jadis. Aujourd’hui ? Monarchie britannique et quelques autres et combien de chefs d’états démocratiques qui s’imaginent roi ou empereur ?
    • Oligarchie : régime politique dans lequel le pouvoir appartient à un nombre restreint de personnes (des meilleurs : l’«aristocratie» au sens étymologique, des plus riches : la ploutocratie, des scientifiques et techniciens : la technocratie, des Anciens : la gérontocratie,…).
    • Patriarchie : gouvernement de type patriarcal, des hommes, des pères.
    • Pentarchie : Gouvernement de cinq chefs.
    • Pétromonarchie : monarchie dont l’économie est principalement basée sur les exportations de pétrole comme celle des sultans de Brunei ou d’ailleurs.
    • Polyarchie : système politique où le pouvoir est réparti entre plusieurs personnes, plusieurs organes de décision.
    • Synarchie : règne de plusieurs princes qui gouvernent simultanément les diverses portions d’un même empire.
    • Tétrarchie : organisation divisant l’État entre quatre empereurs ; association de deux augustes et de deux césars pour gouverner l’empire romain à la fin du IVe siècle, mis en place par Dioclétien à la fin du IIIe siècle pour faire face aux invasions barbares (le début de la fin de l’empire).
    • Timarchie : régime politique évoqué par Platon, au Livre VIII de La République (Quel souvenir rasoir !), c’est le gouvernement par ceux qui recherchent ce qui a du prix, de la valeur, un état dans lequel la recherche des honneurs est le principal mobile. La timocratie dégénérera en oligarchie quand le goût pour l’or et les dépenses s’emparera plus encore de ceux qui détiennent le pouvoir. Dans leur esprit, la richesse se substituera définitivement à la vertu. Le gouvernement sera alors aux mains d’un petit nombre de personnes opulentes.

Depuis quelques années en France : le Énarques constituaient une énarchie mais avec le « renouveau » macronien, c’est un peu n’importe qui, aux commandes (dont Schiappa, la courge, Castaner, Darmanin…) juste des chanteurs de louanges de Macron et… un homme seul à la tête de l’État, ça ressemble à une dictature, non ?

Les oligarchies de fait sont les sociétés dont le gouvernement est constitutionnellement et démocratiquement ouvert à tous les citoyens mais où, en fait, le pouvoir est confisqué par une petite partie de ceux-ci ou par un seul en cas de dérives. Macron, le « candidat du renouveau », n’est-il pas simplement un nouveau petit Bonaparte, sans uniforme ? Une chose est sûre, il est membre de l’oligarchie de l’extension de ses profits et de ses privilèges, grâce à des réformes économiques nous ramenant bientôt au dix-neuvième siècle.

Macron n’est donc que :

  • un oligarque de plus : fils de neurologue et de médecin-conseil pour la Sécurité sociale, qui a grandi et vécu confortablement (cours de piano, établissements scolaires privés catholiques de la bourgeoisie amiénoise). Études du politicien traditionnel : prépa, Sciences Po, ENA, le triptyque gagnant et où l’on apprend à penser comme un dirigeant de la Cinquième République et où on se construit son réseau.
  • un financier : après l’ENA, entrée dans le corps de l’Inspection des finances, véritable État dans l’État, composé de hauts fonctionnaires, recrues de choix pour les grandes entreprises privées (Macron est recruté en 2008 par la banque d’affaires Rothschild). À la banque Rothschild, il utilise son carnet d’adresses d’énarque pour mener des négociations entre entreprises, touchant de belles commissions au passage, c’est ainsi qu’il s’enrichit, devenant millionnaire en participant au rachat par Nestlé de la filiale d’un grand groupe pharmaceutique américain. Miracle : pendant ce temps, Macron est toujours haut fonctionnaire et il réintègre sans souci la fonction publique en 2012, lorsque son camp politique l’emporte, et devient secrétaire général adjoint de l’Elysée, puis ministre de l’Économie en 2014.
  • un égoïste qui a bénéficié d’une vie professionnelle ultra-protégée, l’exact inverse de ce qu’il prône pour les Français qui défend donc la vie facile pour l’élite (les siens, surtout) et la précarité pour le peuple voulant nous faire croire que la destruction du droit du travail est un progrès social en prônant la flexibilité,  l’insécurité.

Macron excelle surtout dans l’art de diviser les Français entre eux, les Gilets Jaunes contre les autres (deux masses indéfinies), les travailleurs : les nouveaux entrants sur le marché du travail, jeunes ou non diplômés contre les catégories organisées par des conventions collectives et des syndicats, les employés du  privé contre ceux du public, les intérimaires contre les salariés en CDI, les VTC contre taxis… et même la police contre le peuple.

Il insiste pour nous faire croire que nos ennemis ne sont pas les 5 % des plus riches dont les revenus explosent depuis quelques années, ni ses copains surpayés, ni les ministres (les ex-ministres, ex-présidents) ou les conseillers, députés nationaux et européens, sénateurs, tout cet aréopage (groupe dénué de compétence et/ou de conscience) coûteux que nous entretenons à grand frais mais les fonctionnaires : infirmiers, enseignants… Sa devise n’est pas « Liberté, Égalité, Fraternité » mais « Diviser pour mieux régner ».

L.R.E.M., République démocratique en marche ? Tu parles, Charles. Encore quelques samedis et les résultats fumeux du « Grand débat » , ce sera une véritable révolution qui pointera son nez.

Share

3 réflexions sur « Archie »

  1. à mes yeux , il fut d’ abord celui qui a vendu une partie de notre patrimoine, puis un traître vis à vis d’ un hollande qui lui avait mis le pied à l’ étrier !
    aux présidentielles , on a vu surgir le comédien, quitte à imiter un certain dictateur à moustache, mais le vrai personnage prétentieux, arrogant , est apparu dès sa nomination, humiliant un général, nous jouant la comédie de la descente de marches à la Bonaparte, puis se vautrant dans la proximité de noirs voleurs et homos !
    Et puis franchement, quand on voit son entourage , benalla, belattar, castaner, darmanin , griveaux, et aujourd’ hui, la nouvelle porte-parole, qui se dit prête à mentir pour servir le président !
    La classe moyenne aisée, et bien sur, les nantis s’ en moquent , ils voient en lui un dictateur qui n’ hésite pas à utiliser la répression contre les gilets jaunes, et qui pense pognon avant pays !
    Il est donc probable que ceux là voteront lrem en mai
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  2. bonjour chere Françoise, belle étude du suffixe « archie » , tout à fait d’accord pour le pouvoir actuel qui est une oligarchie ! au bénéfice d’une caste ! je ne vois pas bien ce que je pourrai ajouter aux paroles de notre ami Trublion, ce Président (je m’attendais à être déçu) a tout fait pour nous hérisser, les lois Travail, la casse du patrimoine SNCF, Hopitaux, aeroports, barrages, autoroutes (c’était déja fait) on parle maintenant des routes secondaires à double voie qui seraient privatisées et donc payantes ! les villes ça devrait suivre, tout est bon pour ces gens là ! circulez il n’y a rien à voir, la matraque , le LBD, comme seule reponse , le Grand Débat quelle foutaise ! en ce qui me concerne, ça ne sera pas LREM pour les elections ! tout sauf ça ! bonne semaine chère Françoise, et grosses bises

  3. Et moi, j’en ai archi-marre d’entendre tous ces bonimenteurs …
    Toujours utilisation modérée de l’ordi.
    Je laisse malgré tout un petit commentaire de temps en temps, en C/C, après avoir lu l’article, bien sûr !
    Pour te souhaiter un bon mardi au temps pourri, hélas.
    Bisoux, ma françoise ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.