Le gland et la citrouille

Chaque jour, je me rends compte que j’en apprends un peu plus et que ça ne peut pas s’arrêter, il y a tant et tant de « choses » à découvrir. Le monde est vaste, la nature surprenante et les Hommes créatifs (malheureusement pas toujours pour le mieux). Je viens de découvrir une fable de La Fontaine qui m’avait échappée : « Le gland et la citrouille ».

La connaissez-vous ?

Si non, là voilà :

Dieu fait bien ce qu’il fait. Sans en chercher la preuve
En tout cet Univers, et l’aller parcourant,
Dans les Citrouilles je la treuve.
Un villageois considérant,
Combien ce fruit est gros et sa tige menue,
À quoi songeait, dit-il, l’Auteur de tout cela ?
Il a bien mal placé cette Citrouille-là :
Hé parbleu, je l’aurais pendue
À l’un des chênes que voilà.
C’eût été justement l’affaire ;
Tel fruit, tel arbre, pour bien faire.
C’est dommage, Garo, que tu n’es point entré
Au conseil de celui que prêche ton Curé ;
Tout en eût été mieux ; car pourquoi par exemple
Le Gland, qui n’est pas gros comme mon petit doigt,
Ne pend-il pas en cet endroit ?
Dieu s’est mépris : plus je contemple
Ces fruits ainsi placés, plus il semble à Garo
Que l’on a fait un quiproquo.
Cette réflexion embarrassant notre homme ;
On ne dort point, dit-il, quand on a tant d’esprit.
Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme.
Un gland tombe ; le nez du dormeur en pâtit.
Il s’éveille ; et portant la main sur son visage,
Il trouve encor le Gland pris au poil du menton.
Son nez meurtri le force à changer de langage ;
Oh, oh, dit-il, je saigne ! et que serait-ce donc
S’il fût tombé de l’arbre une masse plus lourde,
Et que ce Gland eût été gourde ?
Dieu ne l’a pas voulu : sans doute il eut raison ;
J’en vois bien à présent la cause.
En louant Dieu de toute chose
Garo retourne à la maison.

Le fabuliste nous donne ici une leçon de philosophie, de morale et de vie, comme il le fait souvent.

C’est d’abord une caricature de l’autosatisfaction de Garo qui a une haute estime de lui-même: il profère des maximes (un peu idiotes) telle « tel fruit, tel arbre » et se prend pour Dieu ; on connait bien cela chez nous, nous avons Jupiter après avoir eu « Tonton » dit Dieu dans les années 80. Ce Garo me fait penser à Pangloss dans le Candide de Voltaire, même si, au départ, il soutient la thèse inverse : « Tout en eût été mieux » ; pour lui, tout n’est pas « pour le mieux dans le meilleur des mondes ». À la fin, il change d’avis : mieux vaut un gland qu’une citrouille sur le nez. Garo est devenu « providentialiste », d’un coup (c’est le cas de le dire) aussi sottement qu’il soutenait la thèse opposée.

Cette fable est une leçon sur la nature, sur Dieu et la création, c’est une fable végétale et non animale comme la plupart des autres. La Fontaine participait ainsi aux débats intellectuels, philosophiques, religieux et scientifiques de l’époque qui opposaient la religion aux sciences, les libertins aux dévots, débats que l’on retrouve chez Pascal et Molière (Dom Juan).

La Fontaine nous donne une leçon d’humilité, et de bon sens utile qui consiste à accepter la nature telle qu’elle est. Fatalisme ? Lâcher-prise ?

Aujourd’hui nous ne pouvons nous contenter de fatalisme, nous devons lutter pour sauver la Nature, nous ne pouvons pas lâcher prise.

Un petit joli film en prime.

Share

3 réflexions sur « Le gland et la citrouille »

  1. Je me dis toujours qu’ il est impossible que de rien apparaisse quelque chose, et qu ‘il a bien fallu un créateur qui mette la machine en route !
    Bien des émissions sur la nature nous montre à quel point tout est lié, programmé, et que lorsqu’ il y a dérive, la plupart du temps l’ homme en est responsable !
    Mais là aussi je me dis que le créateur devait le savoir , et qu’ il a forcément aussi prévu quelque chose

  2. J’ai beaucoup de mal avec la création de tout, par un dieu …
    La nature est la seule maitresse de tout ce qui a été créé, enfin, c’est mon point de vue, très cartésien, je le reconnais mais je ne pourrais jamais croire en un dieu qui a tout créé !
    Ca me fait penser à un conte pour enfants crédules.
    Excuse-moi, mais je dis ce que je pense …
    Super, cette fable, merci pour le partage de cette trouvaille.
    Bizzz

  3. D’abord un grand bravo pour cet article mettant « en scène » quelques-uns des « grands de ce monde ». Un vrai régal que de vous lire et j’ai pouffé comme l’aurait fait La Fontaine. Que dirait-il en voyant la société dans laquelle nous sommes et nous nous débattons, dans tous les sens du terme? Un grand merci pour votre passage. Belle journée!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *