Mot d’ordre

Mot d’ordre ? Je vous l’ai dit à maintes reprises : je n’aime pas les « journées de… » ni les mots d’ordre. J’aime trop mon indépendance, ma liberté d’agir et surtout de penser cependant je viens d’entendre parler du « Lundi Sans viande » et là, je dois vous avouer que je suis pour. Pourquoi n’a-t-on pas décidé de cela plus tôt, ça m’aurait évité bien des fessées et des punitions dans ma jeunesse, moi qui n’aimais pas manger du cadavre.

Je suis sûre que je vous ai déjà parlé de ces repas qui relevaient plus de la torture que du plaisir. Je n’aimais pas la viande, ni le beurre, ni boire du lait de vache et ma grand-mère insistait pour me faire avaler de tout. Ce sont d’autres histoires sur lesquelles je reviendrai peut-être un autre jour.

Pour le moment, il me semble intéressant de noter que plusieurs pays ont déjà lancé leur propre campagne « Les lundis sans viande ». Les États-Unis d’Amérique ont leur « Meatless Monday », l’Angleterre, la Hollande, le Brésil, la Finlande, la France, la Belgique (qui a choisi le jeudi), Taiwan aussi.

La campagne du lundi sans viande n’est pas une obligation bien sûr mais une invitation à prendre conscience de l’impact de nos choix alimentaires sur la planète et sur l’ensemble de ses habitants. Il ne faut pas oublier que :

  • la production de viande nécessite plus d’eau que celle des légumineuses et des céréales.
  • l’élevage émet des quantités importantes de nitrates, phosphates et autres substances qui s’accumulent dans l’eau et provoquent la prolifération des algues vertes.
  • près de 80% des émissions d’ammoniaque proviennent de l’élevage. L’ammoniaque se dissout dans les précipitations et provoque des pluies acides.
  • les élevages des Etats-Unis produisent environ (trente) 30 fois plus d’excréments que les humains du pays. Les élevages bretons en émettent autant que soixante (60) millions d’habitants et ces excréments sont répandus, la plupart du temps, sans traitement sur le sol et polluent les eaux souterraines.

Et pourquoi les lundis ?

Parce que c’est le début de la semaine. Il semblerait que lorsqu’on prend une habitude en début de semaine, on a plus tendance à conserver cette habitude pour le reste de la semaine. Mouais… Pourquoi pas ? Je pense que le mardi et le jeudi sont déjà pris pour le poisson ; il y avait le vendredi, jour de poisson, tradition catholique (ou chrétienne) auquel s’était ajouté le mardi dans les années 60/70 : campagne publicitaire pour encourager la pêche et/ou la pisciculture (« Le thon c’est bon » par exemple).

Alors, que faire ? Que choisir ?

-

Un tableau qui a le mérite d’âtre clair. Maintenant vous ferez vos choix de consommation en connaissance de cause.

 

Share

4 réflexions sur « Mot d’ordre »

  1. Comme toujours, il y a les pro et les anti !
    En ce qui me concerne, je pense que seul l’ abus est préjudiciable, quelques soient les domaines d’ ailleurs.
    Et donc comme il n’ y a pas de raison de faire une différence selon des critères de beauté, il n’ y a pas de différence fondamentale entre un crabe, un poisson, un escargot ou un mouton, ce sont tous des animaux.
    et on peut étendre à êtres vivants, comme les plantes dont on commence à découvrir qu’ ils sont dotés d’ une certaine intelligence

  2. Je n’aime pas non plus la viande et ça ne me prive pas du tout.
    Je ne suis pas végan pour autant …
    Je suis surtout locavore et c’est bien plus intéressant à tous points de vue !
    Je me contente de mes potager et verger et m’approvisionne dans les fermes des alentours.
    Il n’y a que pour le poisson, mais ma petite fille qui habite la rochelle m’en ramène toutes les fins de semaines, acheté sur place, à la criée.
    Je le congèle, si besoin.

    Bon début de semaine, après la tempête d’hier …
    Des tuiles envolées.
    Bisoux, ma françoise ♥

  3. Moi non plus je ne suis pas végane. C’est un peu de l’intégrisme, ce truc. Comme toi j’essaie d’être le plus possible locavore mais l’hiver c’est moins facile et pour le poisson, à Toulouse, c’est plus compliqué.
    Ceci étant dit, à La Réunion, pour le poisson local, il faut aller au marché ou connaître un pêcheur, autrement c’est de l’importation ou du surgelé. Y a de super bons poissons surgelés : la légine (chère, avec des quotas de pêche) et bien moins chers mais pleins d’arêtes : les poissons des glaces (qu’on ne voit plus d’ailleurs depuis un certain temps, tiens, pourquoi ? Encore une question sans réponse.)

  4. Tu as raison, je n’y avais pas fait attention, mais on ne les voit plus, ces poissons sur glace !
    Il doit y avoir une raison ..
    Bon mardi, toujours gris et humide.
    Bisoux, ma françoise ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.