– onner…

Aujourd’hui, réflexions sur le français, la langue française et sur ce fameux -onner qui est un suffixe familier à valeur diminutive et/ou fréquentative, parfois péjorative, s’ajoutant à des bases verbales le plus souvent à des verbes du premier  groupe (les verbes se terminant par ER) mais pas toujours. Pardonner me semble faire partie d’une autre histoire, bien compliquée, mais pardonner c’est bien plus simple qu’absoudre.

Les verbes en -onner peuvent être :

1. à la base, un verbe exprimant un son, le radical est souvent onomatopée : chantonner, grognonner, bougonner, marmonner, maronner, ronchonner….

2. un verbe exprimant un mouvement : mâchonner, tâtonner…
Et que penser de biberonner ? Son ou mouvement ?
Il faut noter aussi que la paresse (voir l’éloge que j’avais rédigé LÀ) et les locuteurs fainéants , que nous sommes souvent, préfèrent employer des verbes du premier groupe (« er ») à la conjugaison simple, stable, rassurante plutôt que des verbes du troisième groupe dont la conjugaison est plus périlleuse d’où cette fréquente utilisation de verbe en -onner. Par exemple, on oublie des verbes classiques mais compliqués pour des « néologismes » plus simples  (que je n’aime guère) :
  • on n’entend plus, on auditionne,
  • on ne s’émeut plus, on s’émotionne,
  • on ne voit plus, on visionne,
  • on n’applaudit plus, on ovationne,
  • on ne reçoit plus la marchandise, on la réceptionne,
  • on ne promeut plus, on promotionne,
  • on ne résout plus, on solutionne !

C’est ce dernier (solutionner) que je déteste le plus car il a de plus en plus tendance à remplacer résoudre dont la conjugaison est plus difficile mais tellement plus « jolie ». Voilà le présent de l’indicatif :

je résous
tu résous
il résout
nous résolvons
vous résolvez
ils résolvent

et les subjonctifs :

Présent

que je résolve
que tu résolves
qu’il résolve
que nous résolvions
que vous résolviez
qu’ils résolvent

Imparfait

que je résolusse
que tu résolusses
qu’il résolût
que nous résolussions
que vous résolussiez
qu’ils résolussent

 

Par ailleurs, le verbe solutionner est long, lourd, disgracieux. On peut utiliser intelligemment le verbe résoudre en le faisant précéder d’un verbe auxiliaire pour plus de facilité. Ainsi on dira plutôt : Il va résoudre le problème, Il peut, il pourra résoudre la difficulté plutôt que Il solutionnera le problème ou la difficulté. Il va trouver la solution à une question, et non Solutionner la questionOn traite, on mène à bien les affaires courantes, on ne les solutionne pas. La ruse est utile, et dans ce cas c’est une ruse innocente : la finesse, la subtilité dont on use dans une bonne intention pas celle de certaines personnes qui rusent pour abuser leurs (con)citoyens.

Attention, les verbes en -onner ne sont pas tous interchangeables avec leurs homologues du troisième groupe, ainsi entendre ne se change pas en auditionner à tous les coups. On n’auditionne pas la sirène des policiers, on l’entend, voire on l’oit du verbe ouïr.

Une langue vivante évolue ; elle a toujours évolué et souvent dans le sens de la simplification, ce qui n’est pas forcément un mal mais il faut pas trop l’appauvrir. Une langue, à mon avis, doit toujours garder une part de mystère, offrir quelques difficultés, des résistances pour avoir de la valeur. La conquête de quelque chose ou quelqu’un ne doit jamais être trop simple. Non ?

Share

2 réflexions sur « – onner… »

  1. en principe, on dit pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple !
    Mais comme toujours, il ne faut pas pousser le bouchon trop loin !
    et puis notre langue est un patrimoine émaillé par tant de poètes et d’ écrivains qu’ on ne peut se permettre de le dilapider !
    https://youtu.be/5IdW7gHdkm0
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Tu as bien raison, il ne faut pas laisser moisir notre cerveau en choisissant des solutions de facilité !
    Je me marre souvent en lisant les commentaires, sur tous les blogs.
    Ce sont toujours les mêmes qui doivent avoir un vocabulaire très limité ou alors ils n’ont pas envie de se creuser les méninges et ne font que marquer leur passage.
    J’adore notre langue et il m’arrive souvent de buter sur un mot avant d’en trouver la bonne orthographe car, justement, j’essaie de sortir des formules classiques et je connais beaucoup de mots mais ne me souviens pas toujours de leur écriture.
    Alors, j’essaie de passer par la recherche du sens en latin ou grec, ce qui facilite souvent mais pas toujours …
    De rage, il m’arrive d’employer un synonyme, n’ayant pas le temps de faire une recherche « gogole » ! 😉
    Bonne fin de semaine, avec un froid glacial mais du soleil !
    J’en profite pour ne rien faire, à part quelques pas dehors …
    C’est si bon, cette grisaille disparue et les jours qui rallongent, enfin, dans notre tête.
    Bisoux, ma françoise ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.