Téléphone à l’école

« Le travail est un trésor »
Jean de La Fontaine – Le laboureur et ses enfants 

Apprendre la grammaire, maîtriser la langue française, c’est travailler aussi.

La pataquès est une faute de liaison, dans la prononciation, consistant à substituer un s à un t final, ou réciproquement, et plus généralement, à faire entendre une consonne qui n’existe pas à la finale du mot précédent.

La principale du collège Jean de La Fontaine à Paris, ce matin, a répété à deux reprises (informations de Télématin à 8 heures), sur la 2) : « on devra T être », au sujet de l’interdiction du téléphone portable dans les établissements scolaires.

Je souris à cause de cette interdiction. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons :

  • il y a des professeurs qui utilisent leur téléphone en classe (ma fille aînée a même eu une examinatrice, à l’oral du baccalauréat qui a bavardé pendant une épreuve avec un(e) amie(e) au sujet de la route en corniche qui posait problème ce jour-là).
  • comment va-t-on vérifier l’application de la loi ?
  • Et surtout qui va sanctionner ? Les enseignants ? Leur travail c’est d’enseigner pas de jouer les gendarmes ni les garde-chiourmes. Qui va oser retirer le téléphone des mains d’un adolescent qui tient à son joujou ? Qui va oser quand il y a trente autres jeunes autour ?
  • pourquoi des exceptions déjà :  dans le cadre d’un usage pédagogique explicite et spécifique, encadré par les professeurs ; en cas de handicap d’un élève ; selon le règlement intérieur de l’établissement, les modalités d’application seront différentes.
  • le ministère a promis des aménagements « à l’américaine » avec des casiers personnels pour les élèves. À quel prix ? Qui financera ? Ce n’est donc pas pour demain.

Là, je me retiens pour ne pas rire franchement. Je m’explique. Dans les salles des professeurs, les enseignants ont à leur disposition un casier fermé, malheureusement ces casiers sont souvent antédiluviens, en bois, sans serrure, en nombre insuffisant d’où « colocation de casier » quelquefois (je me dis que j’aurais dû prendre des photos pour servir de preuve). Les profs sont moins nombreux que les élèves et la place manque déjà. Où installera-t-on les casiers de 600, 800 voire plus encore d’élèves ?

Je reviens sur les déclarations de Jean-Michel Blanquer (le ministre du moment) : « A minima tous les établissements demanderont à ce que le portable soit enfermé dans un cartable et sorti uniquement en cas d’urgence ou d’usage pédagogique justifié. A maxima ils interdiront le fait de l’emmener à l’école » ajoutant «la création de « casiers » est une possibilité mais ce ne sera « pas une mesure générale et uniforme ». (Encore deux poids, deux mesures, selon que vous serez dans un établissement « nanti » ou pas.)

Un  point me tracasse : « A maxima ils interdiront le fait de l’emmener à l’école » or bon nombre de parents sont inquiets et dotent leur(s) enfant(s) de téléphone pour pouvoir les joindre et leur donner des consignes pour rentrer à la maison, se retrouver,  organiser les repas… Comment gérer cette interdiction « niveau maximal » ?

Mais pourquoi les téléphones sont-ils interdits ?

  • Pour ne pas perturber les cours avec les sonneries intempestives, les SMS… ;
  • pour favoriser l’attention des élèves en classe ;
  • pour favoriser la communication entre les élèves dans les cours de récréation ;
  • pour lutter contre les « incivilités » constatées dans les établissements (racket, vol, harcèlement)
  • pour limiter l’exposition des plus jeunes à des images choquantes, violentes ou à caractère pornographique.

Attention : le harcèlement via les réseaux sociaux, à l’aide des smartphones et autres moyens de communication, ne sera pas résolu par l’interdiction du portable à l’école  puisque ce harcèlement s’effectue surtout en dehors des heures de cours : le soir ou le week-end.

Moi ce que je vois surtout c’est :

  • comme toujours de la communication pour éviter de parler des vrais problèmes ;
  • une déresponsabilisation des jeunes et leur infantilisation complète donc une certaine forme de mépris ;
  • des diktats inapplicables, voire même inacceptables ;
  • des contradictions, en effet « Le Ministère de l’Education Nationale a demandé aux établissements de faire un PPMS (Plan particulier de mise en sûreté) ce qui oblige, nécessite, l’envoi par la direction de l’établissement d’un SMS.

Comment pourra-t-on recevoir ce(s) SMS si le portable a été confisqué par le Ministère, le Proviseur ou le Principal ?

Share

5 réflexions au sujet de « Téléphone à l’école »

  1. Il suffit de regarder autour de soi , et où qu’ on soit pour admettre que le portable est partout, même dans les allées des magasins !
    Dès lors, il semble difficile de l’ interdire !
    Il faut déjà qu’ une décision soit la même pour tous les établissements.
    Le plus simple serait d’ exiger que ces appareils soient fermés le temps des cours et des examens, mais voilà, dans le contexte actuel je ne sais pas si cette exigence serait suivie d’ effet !

  2. Je vois déjà le cerveau en ébullition des élèves pour trouver le moyen de contourner le problème sans se faire « gauler » !!!
    Ils ne pourront jamais être sûrs qu’il n’y en a plus un seul parmi les élèves, toujours quelques uns qui auront trouvé un moyen de le garder.
    Qu’ils se débrouillent, avec leur histoire de téléphone, y’a plus important …

  3. Aurais-je gardées les séquelles de ma stricte disciple .Chez moi dans une grande réunion de famille Noël , jour de l’an ou anniversaire , les portables sont éteints et reste dehors .. Mais dans les écoles , c’est une autre histoire ..
    Ici beaucoup de lieux l’interdise..
    Bonne journee Françoise ..

  4. Serait-ce les séquelles de ma stricte discipline .. Chez moi pour les grandes occasions , Noël , jour de l’an , anniversaires , les portables sont éteint et reste dehors ..Quand je vois des enfants qui ne viennent pas dire bonjour parce qu’il sont sur le portable pour gagner un jeux , ou regardent une vidéo , je me dis que ça devient grave pour la nouvelle generation ..
    Bonne journee Françoise ..

  5. …il est bien certain que ce n’est pas l’endroit ideal pour converser ! il serait bien que les élèves puissent avoir un endroit sur, pour deposer leur portable, mais evidemment rien n’est prévu !! pas facile a mettre en place ! pour les profs, utilisation tres restreinte, interdiction à l’Assemblee Nationale !! bonne journee chere Françoise bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *