Canicule

Il y a quelques mois, en discutant avec une connaissance, comme ça, à bâtons rompus, la conversation tomba sur la météo. Mon interlocuteur me dit qu’une fois de plus, l’été serait pourri. Je ne sais pourquoi j’insistais sur le fait que ce serait plutôt la canicule. Il m’a regardé en rigolant. Sans vouloir remplacer Madame Soleil, ces jours derniers me donnent raison.

Voilà ce qu’affichait le thermomètre de la voiture de ma fille, cet après-midi vers 15 heures à Toulouse, après moins de quinze minutes de stationnement au soleil : 51°5. Oui, cinquante et un degrés.

Bon, c’est pire au Portugal, en Espagne.

Quand on sait qu’il fait 32° en Finlande, on peut se poser des questions sur l’avenir de notre planète et de sa population. Je pense souvent à cette chanson de Mickey 3D :

Courage ! Ce mardi sera la pire journée avant une chute de 10 degrés mercredi.

D’abord, la chaleur va encore s’intensifier mardi, en raison d’une masse d’air brûlante venant du Sahara et de la péninsule ibérique. Les températures oscilleront entre 35 et 39 degrés dans le quart nord-est du pays, jusqu’à atteindre 40 degrés à l’ombre. A Paris, seulement 38 degrés sont prévus. Sur les côtes atlantiques et les côtes de la Manche, les températures seront plus proches des 30 degrés.

Comme j’aime bien connaître les mots que j’utilise, je suis allée voir mon dictionnaire et j’ai cherché CANICULE. Voilà ce que j’ai trouvé :

Un substantif (un mot) féminin

A.− ASTRON. Étoile principale de la constellation du Grand Chien, appelée plus couramment Sirius − P. méton. Période de grande chaleur pendant laquelle cette étoile se lève et se couche précisément avec le soleil. 

B.− P. anal., cour. Très forte chaleur.

Empr. au lat. canicula subst. fém., dimin. de canis,proprement « petite chienne » terme d’astron. Sirius ou le chien d’Orion

 

Les paroles de la chanson de Mickey 3D feront-elles prendre conscience que nous sommes mal partis et que ce ne sont pas les taxes de ceci ou cela qui vont changer quelque chose à cet avenir de plus en plus probable ?

Tout ça a commencé il y a plusieurs années
Alors que mes ancêtres étaient obnubilés
Par des bouts de papier que l’on appelait argent
Qui rendaient certains hommes vraiment riches et puissants

Et ces nouveaux dieux ne reculant devant rien
Étaient prêts à tout pour arriver à leur fins
Pour s’enrichir encore ils ont rasé la Terre
Pollué l’air ambiant et tari les rivières

Mais au bout de cent ans des gens se sont levés
Et les ont avertis qu’il fallait tout stopper
Mais ils n’ont pas compris cette sage prophétie
Ces hommes-là ne parlaient qu’en termes de profits

C’est des années plus tard qu’ils ont vu le non-sens
Dans la panique ont déclaré l’état d’urgence
Quand tous les océans ont englouti les îles
Et que les inondations ont frappé les grandes villes

Et par la suite pendant toute une décennie
Ce fut les ouragans et puis les incendies
Les tremblements de terre et la grande séch’resse
Partout sur les visages on lisait la détresse

Les gens ont dû se battre contre les pandémies
Décimés par millions par d’atroces maladies
Puis les autres sont morts par la soif ou la faim
Comme tombent les mouches…
Jusqu’à c’qu’il n’y ait plus rien…
Plus rien…
Plus rien…

Au fond l’intelligence qu’on nous avait donnée
N’aura été qu’un beau cadeau empoisonné

Car il ne reste que quelques minutes à la vie
Tout au plus quelques heures, je sens que je faiblis
Je ne peux plus marcher, j’ai peine à respirer
Adieu l’humanité… Adieu l’humanité…

Share

Une réflexion au sujet de « Canicule »

  1. La presse se gargarise de ces températures, à l’ affut de la plus haute, quitte à faire de fausses annonces.
    Nous avons déjà vécu de tels étés.
    et nous savons aussi que notre terre suit des cycles depuis qu’ elle existe.
    Ces cycles s’ étalent sur des millions d’ années, alors je ne crois pas aux annonces apocalyptiques des hulot et cie dont le but caché est de pouvoir créer de nouvelles taxes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *