Bourdes dans les chansons

Je voulais trouver des chansons parlant du mois de juillet (c’est mon mois) mais je n’ai rien trouvé qui me convenait par contre j’ai fait le plein de bourdes (clic 1; clic 2) dans les chansons : des âneries, des erreurs involontaires parce que certaines « fautes » sont peut-être des figures de style. Voilà un florilège des bourdes.

La première est de taille et évoque juillet, bien sûr. C’est notre Jojo national, Johnny Hallyday, qui l’a commise.  Même s’il n’est pas l’auteur des paroles, il aurait pu réfléchir avant  de  chanter : « C’était fin août, début juillet » dans son titre « Les Chiens de paille ».

Un autre histoire de temps, mais c’est plus un problème de grammaire, de concordance des temps et là, c’est Indochine  dans « Le baiser » : « Tu me donnes un baiser et nos langues vont juste s’emmêler, et ta peau se mouilla, elle aura comme un goût, un goût de lait ». On passe du présent au passé simple pour terminer au futur. Nicolas Sirkis amoureux, sans doute, perd la notion des temps.

Claude François, toujours pressé, s’est emmêlé les pinceaux  dans sa chanson « Cette année-là »  ; il fait référence à l’année 1962 et chante « Dans le ciel passait une musique 
Un oiseau qu’on appelait Spoutnik », or le 
Spoutnik, qui émettait son célèbre bip-bip, le fit en 1957 pour cesser le , après avoir bouclé 1 400 orbites autour de la Terre et parcouru environ 70 millions de kilomètres. Depuis le temps s’est détraqué, disent certains…

Des années plus tard, en 2002, dans une chanson qui m’a tiré tant de larmes « Manhattan-Kaboul« , Axelle Red et Renaud disaient : « Un 747 s’est explosé dans mes fenêtres » mais le 11 septembre 2001, les Boeings qui ont percuté les tours étaient des 767 et non des 747. Il faut rétablir la vérité mais la chanson était magnifique.

Que dire à feu Michel Delpech, qui commence « Que Marianne était jolie » par « Elle est née dans le Paris, mille-sept-cent quatre-vingt-dix » alors que c’était 1792 et non 1790 qu’est apparu notre Marianne ?

Et à Jean-Jacques Goldman qui commence une de ses chansons « Et si j’étais né en dix-sept à Leidenstadt / Sur les ruines d’un champ de bataille  » ? D’une part il n’y jamais eu de champ de bataille en Allemagne pendant la guerre de 14-18 et d’autre part, la ville de Leidenstadt n’existe pas, ni en Allemagne ni ailleurs. Pour le deuxième point, le nom de la ville, c’est une sorte de licence poétique, de la liberté poétique.

Quant à Gilbert Montagné qui, en 1985, aimerait « vivre sous l’équateur du Brésil, entre Cuba et Manille«  dans « Les Sunlights des Tropiques« , il lui faut réviser la géographie car Cuba et Manille ne sont pas sous l’équateur mais bel et bien dans l’hémisphère nord et sous le Tropique du Cancer. Certes Manille n’est pas très loin de l’équateur mais le Brésil principalement dans l’hémisphère Sud entre l’équateur et le Tropique du Capricorne.

Michel Sardou attribue, en 1987, dans « Afrique adieu » la Samba à l’Afrique, ce vaste continent alors que la samba est sans contestation possible une danse brésilienne. « Afrique adieu. Ton cœur samba. Saigne autant qu’il peut« . Ah déshabiller Pierre pour habiller Paul !… Michel Sardou continue avec « Les lacs du Connemara » qui abritent des « monstres des lacs qu’on voit nager certains soirs d’été et replonger pour l’éternité », une référence à Nessie, célèbre créature aquatique du Loch Ness, lac qui se situe dans les Highlands, en Écosse et non pas en Irlande.

Je ne résiste pas à l’envie d’écouter une fois encore « Les lacs du Connemara« . C’est si beau l’Irlande : ses châteaux, ses côtes, sans compter que les Irlandais sont des gens aimables. Il faut oublier les périodes de violence de l’indépendance.

Des hommes d’ailleurs venus chercher
Le repos de l’âme et pour le coeur un goût de meilleur
L’on y croit encore
Que le jour viendra, il est tout près
Où les Irlandais feront la paix autour de la Croix
Là-bas au Connemara
On sait tout le prix de la guerre
Là-bas au Connemara
On n’accepte pas
La paix des Gallois
Ni celle des rois d’Angleterre
Share

Une réflexion au sujet de « Bourdes dans les chansons »

  1. Et bien , je n’ avais pas trop fait attention à toutes ces erreurs dues sans doute au fait qu’on cherchait une rime facile.
    IL va me falloir être prudent devant tes analyses impitoyables, et penser à me relire, ce que je ne fais que très rarement !
    Pour le mois prochain ,tu auras Paris au mois d’ Aout !
    En attendant c’ est avec grand plaisir que j’ ai écouté Sardou qui vient de renoncer à chanter en public
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *