Taille

Taille, voilà encore un mot aux sens multiples. Quand on dit « Taille », on pense souvent vêtements en se demandant pourquoi elles sont si différentes entre deux marques. Dans ce domaine, la normalisation, la standardisation a du plomb dans l’aile car, tout simplement,  les marques travaillent chacune avec leur propre grille de tailles selon leur idée de la silhouette idéale, sans compter que la fabrication est « aléatoire » (coupe hasardeuse mouvante des tissus) tout particulièrement dans le prêt-à-porter à bas prix. La taille a bien d’autres  sens.

Vous souvenez-vous de vos années d’école primaire dans les années 1950/60, on nous parlait de taille pour les serfs du Moyen-Âge (un impôt, une corvée) et à la même époque, on nous présentait les chevaliers, leurs armures, leurs armes de taille et d’estoc. Je vais tenter de faire un classement des sens du mot taille que je connais. Je vais peut-être en oublier alors si vous en avez d’autres à me proposer, je prends car j’apprends tous les jours.

1 – Le premier sens qui me vient à l’esprit est celui de dimension, de mesure :

  • Dimension en hauteur du corps humain : être de grande taille ou avoir une grande taille, une taille haute, ordinaire, moyenne… Avoir la taille requise (pour être soldat, mannequin ou hôtesse de l’air…).
  •  Ensemble des dimensions du corps humain considérées par rapport à la hauteur, à la carrure et à la conformation générale : être de belle, de forte taille (le plus souvent, grande taille aujourd’hui signifie « gros », encore que la peur des mots fasse dire « rond » ou « ronde ». Quand j’étais jeune à Grenoble (ailleurs sans doute c’était pareil) quand quelqu’un était « rond », c’est qu’il avait trop bu.
  • Grandeur du corps d’un individu considérée par rapport aux dimensions du vêtement qu’il porte. Avoir la taille mannequin; porter un vêtement à sa taille.
  • Ensemble des dimensions standard d’un vêtement établies selon les mesures d’un individu type. Une taille 40 par exemple.
  • Dimensions (grandeur et grosseur) d’un animal, d’un végétal ou d’un inanimé concret. Taille limite autorisée d’un bagage dans la cabine d’un avion ou d’un arbre en limite de propriété.  Taille marchande ou réglementaire : c’est  la taille minimale, fixée par des arrêtés préfectoraux, que doit atteindre un coquillage ou un poisson pour être ramassé, pêché, vendu. Chez les quadrupèdes, on parle de hauteur au garrot.  La taille des ordinateurs se réduit, celle des avions gros porteurs ne cesse d’augmenter. Quant à la taille des entreprises… beaucoup de petites meurent tandis que d’autres renaissent et les grosses s’hypertrophient pour devenir des quasi-monopoles bien souvent. En économie, on parle des effets de taille pour définir l’ensemble des effets économiques liés à la dimension d’une unité économique, notamment d’une entreprise.
  • En arithmétique (un mot qu’on n’entend plus guère), on parle de la taille d’un chiffre. Dans un nombre décimal, rang du chiffre à partir de la virgule compté positivement ou de manière nulle et diminué de 1 si le chiffre est placé avant la virgule, compté négativement si le chiffre est placé après la virgule (ainsi dans le nombre 25,3, le chiffre 2 a pour taille 1, le chiffre 5 a pour taille 0, le chiffre 3 a pour taille − 1).

2 – Le deuxième sens auquel je pense relève de l’anatomie : la taille est la partie resserrée du tronc entre les côtes et les hanches, synonyme de ceintureAvoir la taille fine, une taille de guêpe. Le tour de taille est la mesure de la circonférence de la taillePar métonymie, la partie du vêtement resserrée au niveau de la ceinture, qui marque la taille. Il existe ainsi des robes à taille courte, à taille haute dont la taille est marquée sous la poitrine (robes de style Empire), des robes à taille basse, longue dont la taille est marquée sur les hanches (les robes des années folles, Charleston), des robes sans taille dont la taille n’est pas marquée comme celles des squaws ou encore les robes trapèzes, les baby-dolls.

3 – Action de tailler, de couper, de pratiquer une entaille et résultat de cette action

  • Dans l’Ouest de la France, on parle de taille de pain pour dire morceau, tranche de pain. En Savoie et Dauphiné, on parle de taillon pour dire morceau (taillon de pain et cette soupe à taillons que je détestais à cause de ces morceaux qu’il fallait mâcher, je préférais les soupes mixées ou les veloutés exception faite du minestrone et de la soupe au pistou).
  • En chirurgie aussi, on parle de taille pour l’action de couper, d’inciser les chairs et pour le résultat de cette action. Une opération de la taille ou taille. Intervention chirurgicale ayant pour but d’inciser la vessie afin d’en extraire des calculs. Plus rarement, extraction d’un corps étranger d’une cavité naturelle par une ouverture opératoire (taille articulaire, intestinale, stomacale).
  • En apiculture, la taille des ruches c’est le prélèvement du miel dans les ruches à l’aide de couteaux recourbés.
  • En arboriculture, c’est l’opération consistant à couper une partie des rameaux ou des branches d’un végétal (arbuste, arbre fruitier ou d’ornement) afin d’améliorer sa végétation, sa fructification ou son aspect. Taille d’hiver ou taille sèche (lorsque la sève est descendue). La taille d’hiver doit être effectuée pendant le repos de la végétation: de novembre à mars contrairement à la taille d’été ou taille en vert (qui se fait lorsque la sève est remontée). Par métonymie, le mot employé au pluriel désigne les rameaux ou branches coupés sur les végétaux.

4 – Le mot taille me fait toujours penser au Moyen-Âge, à cause des impôts, des armes, des cathédrales. Cette période sombre de nos livres d’Histoire d’antan, fut une longue période de cinq cents ans  durant laquelle les femmes de France avaient des responsabilités et des droits, des libertés qui leur furent repris ensuite. Il y eut de longues guerres (la Guerre de Cent Ans qui dura 116 années de1337 à 1453), des épidémies de peste par exemple et autres joyeusetés. Le peuple croulait sous les impôts (en France, nous sommes créatifs dans ce domaine aujourd’hui encore), il y avait un régime inégalitaire, où en fonction du seigneur sous l’autorité duquel étaient les Français les impôts variaient (les conseils régionaux, départementaux, mairies d’aujourd’hui ont repris le système inégalitaire) tout comme la division sociale en différents états (noblesse, clergé, tiers-état) faisaient que les habitants d’un même territoire n’étaient pas soumis aux mêmes taxes. Ces inégalités furent en partie à l’origine de la Révolution Française. Dans ces impôts, on trouvait la taille royale (impôt direct au profit du trésor royal, payé principalement par les roturiers ; elle est devenue contribution foncière puis taxe foncière sur le bâti et le non bâti) à côté de la dîme, le cens, la gabelle, les taxes des maîtrises et jurandes, la mainmorte, le formariage, le champart, les droits de banalité, l’afforage, le tonlieu… et j’en passe, impôts qui finançaient guerres, croisades et la belle ville des seigneurs (saigneurs). Ceux-là partaient bien armés, munis d’épées à pointe ou estoc ou d’armes de taille (partie tranchante de la lame (épée ou sabre). L’arme de taille : utilisée en frappant avec le tranchant présentait des modèles bien différents quant à leur taille (dimensions).

Enfin je pense à tous ces artisans qui construisirent des églises romanes puis des cathédrales gothiques, ces bataillons de tailleurs de pierre qui exerçaient leur art, la taille des pierres pour les rendre utilisables dans la construction.; Il y avait aussi des sculpteurs, qui travaillaient avec ou sans maquette (Taille directe) 

La taille des pierres est toujours minutieuse mais quand  ce sont des pierres précieuses qui sont taillées, le travail est « microscopique en baguette, en marquise ou navette, en carré, en triangle, etc.

Puisque j’étais récemment dans des régions viticoles, je termine en Champagne où la taille est le produit du second pressurage du raisin et des pressurages suivants, sauf le dernier. (La première taille équivaut à la deuxième serre et la deuxième taille à la troisième serre. Le vin de taille sert à faire le vin de seconde qualité.)

Moi je ne bois pas beaucoup de vin, je marche plus souvent à l’eau mais quand je bois, j’aime que le vin soit bon. Pas vous ?

Je ne résiste pas à l’envie de terminer en chansons :

 

Share

3 réflexions au sujet de « Taille »

  1. Que de recherches !
    Moi, je pense à une expression, peut-être de chez nous : rester sur la taille = rester sur le carreau … à peu près.
    Super de finir en chansons. 😉
    Bon lundi, ma françoise.
    Je pars pour toute la semaine, voire plus, afin de me changer les idées et essayer d’oublier un peu mes douleurs en profitant pleinement du soleil et de l’océan.
    Pas pour faire la grillade sur le sable, hein, c’est pas mon truc !
    Je te fais de gros bisoux et te dis à bientôt !

  2. un mot qui nous emmène bien loin !
    Je ne savais pas qu’ on parlait de taille pour les chiffres, j’ en apprends tous les jours !
    Bien sur pour moi, c’ est la taille de la pierre qui m’ était venue à l’ esprit, puisque ça faisait partie de mon activité !
    j’ ai vu aussi que j’ étais concerné en chirurgie, puisqu’ on m’ a enlevé un calcul dans la vessie !
    On dit que c’ est bien d’ avoir une grande taille, mais quand on travaille dans le jardin, c’ est plus pénible !
    Et surtout, cette taille du Moyen âge qu’ on retrouve aujourd’ hui, avec des politiques qui taillent dans notre pouvoir d’ achat !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  3. la « taille » , un mot qui sert à de multiples usages, merci pour cet interessant article ! c’est en effet la dimension qui vient en premier dans les utilisations, taille de la vigne, des arbres, tailleur de pierres, je ne connaissais pas la taille en « taxe » ! merci pour ton article et les chansons, bonne semaine, bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *