Sophisme et paradoxe

On confond souvent les paradoxes et les sophismes. Alors quelle est la différence entre ces raisonnements ? Le paradoxe est un raisonnement juste qui conduit à une contradiction. Le sophisme conduit également à une contradiction parce que le raisonnement contient une erreur volontaire et dissimulée. Les sophismes proviennent d’une faute à l’égard de la logique tandis que les paradoxes proviennent d’une faute dans les bases de la théorie.

Le sophisme est dangereux car il est en général utilisé par des gens de mauvaise foi pour démontrer un résultat qu’ils savent faux mais dont ils voudraient qu’il soit accepté comme vrai. Le sophisme peut cependant avoir un intérêt pédagogique :  il est montre qu’il est important d’être rigoureux avec les mots et les idées (ce qui est de plus en plus rare).

Le mot sophisme dérive du grec : sophía, la sagesse ou le savoir. Dès l’Antiquité, les sophistes (les «spécialistes du savoir») étaient des orateurs prestigieux, des professeurs d’éloquence, de rhétorique dont le but était de persuader l’auditoire, dans les assemblées ou les tribunaux, quelquefois au mépris de la vérité elle-même. (Peut-il y avoir des mensonges autorisés ?)

Le sophisme est un raisonnement qui, partant de prémisses vraies ou considérées comme telles et obéissant aux règles de la logique, aboutit à une conclusion inadmissible.Je vous propose quelques sophismes (qui me font sourire) :

Dans le gruyère, il y a des trous.

Plus il y a de gruyère, plus il y a de trous.

Plus il y a de trous, moins il y a de gruyère.

Donc : « plus il y a de gruyère, moins il y a de gruyère »

*************************

 

Tout ce qui est rare est cher,

Un cheval bon marché est rare,

Donc un cheval bon marché est cher.

*************************

 

Le ridicule ne tue pas,

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort,

Donc le ridicule nous rend plus fort.

*************************

 

Un problème comporte toujours au moins une solution.

Donc s’il n’y a pas de solution, il n’y a pas de problème.

*************************

Il faut maintenant définir le paradoxe, d »après mon dictionnaire CNRTL, j’ai pu lire : « affirmation surprenante en son fond et/ou en sa forme, qui contredit les idées reçues, l’opinion courante, les préjugés. Proposition qui, contradictoirement, mettant la lumière sur un point de vue pré-logique ou irrationnel, prend le contrepied des certitudes logiques, de la vraisemblance. »

Le paradoxe arrive à une contradiction tout en suivant un raisonnement valable et montre que les principes utilisés dans le raisonnement sont soit faux soit incomplets. Ci-dessous un exemple de paradoxe :

La phrase suivante est vraie.

La phrase précédente est fausse.

Le paradoxe amène à repenser ou compléter nos connaissances afin de les améliorer, de les rapprocher de la vérité et un résultat qui peut paraître paradoxal à une époque peut devenir plus tard une vérité évidente, ce fut le cas de l’héliocentrisme, théorie choquante à l’époque de Copernic et aujourd’hui admise comme référence.

« Les paradoxes d’aujourd’hui sont les préjugés de demain » (Marcel Proust)
« J’aime mieux être homme à paradoxes qu’homme à préjugés » (Jean-Jacques Rousseau)

D’après Wikipedia : « Le paradoxe est un puissant stimulant pour la réflexion. Il est souvent utilisé par les philosophes pour nous révéler la complexité inattendue de la réalité. Il peut aussi nous montrer les faiblesses de l’esprit humain et plus précisément son manque de discernement, ... »

La photo ci-après vient d’un autre blog auquel je l’ai empruntée.

Gros problème : quel choix maintenant ?

Alors, en votre âme et conscience, faites ce qui vous semble le moins pire à défaut du meilleur mais si vous n’êtes pas satisfaits, il faudra le faire savoir clairement : pétitions et manifestations. Nous avons le choix mais il faudra bouger et être solidaires.

Mais ensemble, que voulons-nous au juste ?

Share

Une réflexion au sujet de « Sophisme et paradoxe »

  1. Donc, l’ Ena est l’ école du sophisme, et au final, le sophisme nous amène au paradoxe !
    Notre venue sur terre n’ est elle pas en elle même un sophisme et un paradoxe ?
    Tu parlais de grands orateurs, et je me faisais la réflexion qu’ en politique, les meilleurs sont mélenchon et jean marie le pen !
    Les insoumis ont choisi, ce sera le bulletin blanc ou l’ abstention, quand à moi, les idées frontistes me conviennent
    Passe une bonne journée Françoise
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *