Frère Antoine du Rocher

Connaissez-vous frère Antoine du Rocher ? Je viens de le découvrir. C’est un sage, disent certains, un nonagénaire qui vit à demeure dans une grotte du Var où son quotidien est fait de méditations mais il reste rarement seul car des passants dorment régulièrement dans des cavités voisines (ils doivent être discrets et surtout ne pas faire de feu car dormir dans ce massif protégé est illégal). Vous pouvez en apprendre plus ou . Comme beaucoup d’originaux, il est critiqué mais je pense que chacun a le droit de vivre comme bon lui semble s’il ne nuit pas à autrui.

Frère Antoine du Rocher a, parait-il, parcouru le monde avant de venir s’installer dans la montagne où il reçoit quantité de visites. Toujours affable, il raconte des histoires malicieuses et si vous avez su lui plaire, il chantera une chanson de sa composition. Personnellement, je ne l’ai jamais rencontré, c’est ce que j’ai lu.

Frère Antoine du Rocher est considéré par certains comme un héré­tique mais lui dit vivre « sans inter­mé­diaire » avec Dieu ; il a passé plus de dix ans dans un monas­tère mais préfère depuis cinquante ans la « solitude » de ce lieu. Il parle, écrit, dit que les règles de notre société sont celles de la consommation à outrance. Il insiste sur le fait que le bonheur que notre société fait miroiter est fondé sur le pouvoir, l’argent, la réussite sociale, la récompense, l’attachement, la possession.

Nous l’avons compris et nous constatons que nous ne sommes pas heureux. Nous savons que le temps passe, que nous avons vingt ans, puis trente, quarante, cinquante, une bonne situation et que la roue tourne… On se marie, on divorce, on se retrouve veuf ou veuve, on élève des enfants, ils s’en vont… Un jour il fait beau, le lendemain  il pleut ; on est en forme puis on tombe malade, comme ça, sans qu’on s’y attende… Et on oublie qu’un Homme est mortel et que nous mourrons un jour. Quand ? Mystère !

Oui, toute la vie ressemble à un jeu : « la roue tourne ». (Même Franck Ribéry le savait, lui qui a prononcé cette célébrissime phrase « La roue tourne va tourner« ). La vie ressemble à un jeu, un jeu de cartes dans lequel la donne change sans cesse, bonne(s) et mauvaise(s) mains se succèdent. C’est bien là le problème. On voudrait que ce qui est acquis, le présent heureux dure mais il n’en est rien, tout passe, tout casse, tout change. On voudrait que l’éphémère soit permanent, c’est impossible.

Vous souvenez-vous de ma photo dans le billet « Éphémère » de 2011 ?

Cet homme peint les trottoirs avec de l’eau et ses mots s’envolent vite au soleil. J’ai aimé ce côté… vain.

On voudrait que l’éphémère soit permanent, c’est impossible. Alors que faire face à cette dure réalité ? Deux attitudes sont possibles : soit refuser de la voir soit l’accepter.

En choisissant la première solution, on se bat sans cesse pour tenter de tout maintenir en l’état mais c’est fatigant, tuant, on est épuisé et souvent malheureux. La deuxième solution fait gagner en légèreté, on comprend ce qu’est le « lâcher prise » et on peut espérer atteindre sinon le bonheur au moins la sérénité.

Il faut comprendre et accepter que la beauté, la jeunesse, la santé, le confort, la richesse ne sont pas éternels comme tant d’autres choses. Tout ce qui est matériel, AVOIR est éphémère, comme la mode et  la société de consommation le prouvent.

Pour être heureux dans la durée (pour l’éternité ?), il faut changer de comportement : ne plus penser qu’à soi, qu’à son plaisir immédiat ; il faut développer sa générosité, son empathie, son amour de l’autre, sa compassion et si possible arriver à être d’humeur égale, ne plus avoir  peur ou honte de perdre, d’être trompé, déçu, de manquer… Il faut vivre et ÊTRE autrement.

Devenir sage. Savoir se passer des biens matériels superflus.

 

Share

12 réflexions sur « Frère Antoine du Rocher »

  1. Devenir sage, je veux bien mais un brin de folie ne nuit pas non plus …
    En ce moment, je ne prends pas trop le temps de penser car je crois que je pleurerais.
    Je vis. Au jour le jour, et je prends tout ce qui vient, tant pis si ça choque.
    Je méditerais plus tard, mais sans me retirer dans une grotte, quoique, par chez moi, il y a de belles maisons troglo !
    Bon mardi, avec le froid qui est arrivé, accompagné d’un vent glacé.
    -3° à 4 heures et … ça baisse encore.
    Bisoux, françoise

    PS : Ekla déconne encore … grrrr

  2. Si tout le monde était comme lui, il y a longtemps qu’ on ne parlerait plus d’ humanité.
    et Comme chez les bouddhistes, il dépend malgré tout de la nourriture qu’ on lui apporte.
    Cela dit, il me parait évident qu’ il n’ embête personne, et qu’ il a le droit d’ avoir choisi une vie d’ anachorète.
    Peut être, que comme pour les moines, son dialogue avec Dieu, permettra à celui ci de se montrer plus indulgent avec les pauvres pécheurs que nous sommes.
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  3. C’est peut-être parce qu’il y a des êtres comme lui , en relation directe avec Dieu que l’humanité ne part pas complètement à la dérive….A chacun de trouver sa place, celle où il peut donner le meilleur de lui-même !

  4. Un tit coucou !
    Bon jeudi, toujours au soleil, mais très, très froid !

    Bisoux, françoise

  5. Bonne fin de semaine, toujours enrhumée et avec le froid qui ne « m’arrange » pas …
    Bisoux, françoise

  6. bonjour chere Françoise, heureux de te retrouver,je viens de rentrer de mon été austral , enchanté bien sur, mais un peu refroidi par le temps qui règne ici ! figure toi que je connais un peu ce frère Antoine, il vit dans une grotte de Roquebrune sur Argens, mon village, ici on l’appelle » l’ermite », l’été il est tellement demandé,qu’on ne peut l’approcher, je l’ai seulement vu de loin ! mes enfants ont eu plus de chance, il leur a offert l’apero !! on le dit un peu profiteur, il ne fait de mal à personne, laissons le vivre sa vie de sage, personnellement je préfère vivre la mienne en dehors d’une grotte,bon weekend, chere Françoise, amities et grosses bises

  7. Tu dis ne pas l’avoir rencontrer sans expliquer pourquoi , si ce que tu as lu t’a interessée, tu n’es pas allée jusqu’à lui. Cet homme doit être enrichissant et son parcours unique.

  8. Ca va ???
    Bon mercredi, dans la douceur … d’un rhume qui s’achève …
    Bisoux, françoise

  9. Réponse à Chinou : une raison essentielle de ne pas avoir rencontré le bonhomme, je viens de le découvrir comme je le dis au début de mon billet ; c’est sans compter que j’ai longtemps vécu à 10 000 kilomètres de la métropole. Lol !
    Quant à cet homme, je ne sais que penser. Les avis sont partagés, je me ferai peut-être le mien un jour mais j’ai tant à faire et à voir autour de moi. C’est plus direct. Si l’occasion se présente, pourquoi ne pas le rencontrer ? J’ai envie d’écrire (parce que je le dis souvent, mais c’est de plus en plus mal vu) : « Inch Allah ! ».
    Pourtant c’est bien de cela qu’il s’agit, de hasard : comme Dieu l’a voulu.
    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.