Railler, rallier

Railler, rallier, mêmes lettres, seul l’ordre change un peu. Un i qui se déplace et le mot change complètement de sens. 

Railler c’est exprimer, généralement par un jugement ironique, qu’on trouve quelqu’un ou quelque chose ridicule. Comme synonymes on peut utiliser d’autres verbes selon le niveau de langage, en langage soutenu ce sera se moquer de, plus familièrement on dira se ficher de,  et plus vulgaire on déclarera se foutre de.

François Fillon a été raillé avant d’obtenir un très bon score aux primaires de la droite (et du centre). Sarkozy lui même n’avait pas épargné son ancien ministre qu’il regardait de haut. Souvenez-vous, François Fillon (qui n’est pas cependant un oisillon de la dernière couvée, c’est un « vieux » de la politique) a été Premier ministre de 2007 à 2012. Nicolas Sarkozy disait la semaine dernière : « Quand j’étais président de la République, je décidais de réformes que François Fillon mettait en œuvre, c’est ainsi« , une autre façon de répéter les mots de Jacques Chirac « je décide il exécute ». S’il a pu tiquer sur les mots de Sarkozy, François Fillon apprécie, sans doute encore plus aujourd’hui, que Sarkozy l’ait exonéré ainsi de son bilan.

Mais les railleries continuent : Stéphane Guillon déclare que « Juppé c’était l’identité heureuse et finalement les Français ont eu le coup de cœur pour un dépressif… il ressemble quand même  à Calimero !« calimero

Savez-vous bien qui est Calimero ? Un petit poussin qui porte sur la tête sa coquille d’œuf à moitié brisée ; il est charmant mais malchanceux : seul poussin noir dans une couvée de jaunes et pourtant il prouve que le bien et la vérité triomphent toujours grâce à la bonne foi et l’honnêteté MAIS à la fin de chaque épisode (puisque c’est un feuilleton), le personnage publicitaire qu’est la Hollandaise de Mira Lanza (la marque de lessive) montre qu’en réalité Calimero n’est pas noir : il est seulement sale. Alors, que faut-il penser si la comparaison est bien fondée ? François Fillon est-il sale ? Nous décevra-t-il comme tous les autres ? On peut le craindre car le système ne peut guère changer entre les anciens qui ne veulent pas laisser leur place, les lobbies… les pressions sont multiples et le plus honnête, le plus propre, le plus rigoureux finit par être contaminé.

Venons-en à rallier.

Rallier, c’est rassembler, unir à nouveau des éléments qui ont été dispersés, on dit : Rallier des troupes. En vénerie, on utilise l’expression « Rallier les chiens »  pour arrêter les chiens et surtout les rappeler quand ils s’écartent de la meute. (D’autres souvenirs me reviennent mais bref… je m’éloignerais encore, je pense aux mots de François Mitterrand après la mort de Pierre Bérégovoy « un homme intègre et bon, pétri de tendresse et de fidélité, à la fois préparé à subir les épreuves que réserve le combat politique, et fragile quand ce combat dérive, change de nature et vise au cœur.  » Dur le monde politique ! )

Au lendemain des résultats du premier tour des primaires de la droite et du centre, le temps est venu aux perdants de choisir un champion et de se rallier à lui. Comment un candidat battu peut-il en rallier un autre qu’il critiquait ou raillait même la veille ? Il lui suffit d’espérer la reconnaissance de l’élu et de rêver se recaser dans un ministère ou une administration. NKM l’a bien dit, elle qui soutient Juppé  : « Je n’ai jamais couru après les places, ni après les postes. Au deuxième tour, je soutiendrai Alain Juppé pour défendre mes idées. » Bravo Madame, les autres candidats ne sont pas aussi droits !

Il va avoir du travail François Fillon s’il est élu, à commencer par la réduction du nombre de fonctionnaires, un point sur lequel la gauche attaque déjà. Comme le disait Claude Allègre il y a quelques années : « il faut dégraisser le mammouth » c’est-à-dire qu’il faut se passer des services des inutiles qui encombrent les administrations. Cela ne visait pas les personnels sur le terrain, enseignants, soignants, actifs, au contraire, il faut juste désencombrer les services administratifs pleins de parasites, voir le nombre de directeurs et sous-directeurs dans les hôpitaux par exemple, alors que médecins et infirmières sont en sous-effectif permanent. Pour information regardez donc ici l’organigramme de la Santé Publique en France (il y avait des copains à placer, sans doute)

Pour finir, je vous propose une preuve qu’il ne faut pas se fier à ce que disent, promettent ou disent les politiques. Raffarin déclarait la semaine dernière : «Je ne crois pas que François Fillon puisse battre Nicolas Sarkozy». Après coup, on peut sourire de la « clairvoyance » de Jean-Pierre. Oui, c’est l’ironie de certaines situations.

Share

4 réflexions sur « Railler, rallier »

  1. Et dire que Raffarin est de chez moi ! Pfff
    Tout comme ségo, d’ailleurs …
    La bataille est rude, entre les deux candidats, ils ne se font pas de cadeau, mais c’est quand même pas comme aux states !
    A part avec quelques amis, j’évite de parler politique car ça fait toute une histoire pour rien.
    J’ai mes opinions et je les assume mais je ne veux pas en venir aux mains. Lolll
    Bon mercredi gris …
    Bisoux, françoise et … contente de te lire à nouveau. 🙂

  2. On sait que pas mal de socialistes ont participé à cette primaire, pour faire tomber Sarkosy, et rien que cela montre que la primaire n’ est qu’ une question de stratégie.
    Que dire de socialistes qui prétendent adhérer aux valeurs de l droite en signant une charte !
    Quelle comédie !
    Et comment comprendre que tous ces prétendants de droite ont tous une vison différente ?
    et aujourd’ hui, juppé tentera par tous les moyens de démolir le programme de Fillon, lequel je pense se contentera de le défendre !
    Nous ne somme spas sauvés !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  3. Bonjour Françoise, je viens donc te lire aussi.
    On voit la sincérité de tous les candidats quand un Lemaire disait qu’il ne se rallierait à personne et qui maintenant soutient Fillon, ainsi que tous les sarkozystes d’ailleurs !
    Comme tu dis, on dirait qu’il est né de la dernière pluie alors qu’il a été premier ministre pour mener une politique qui a fait beaucoup de mal.
    Je suis très mécontente de Hollande comme tu as pu le constater mais tout de même, à côté de cette droite-là, c’est un enfant de choeur.
    Je pensais voter blanc moi aussi cette fois-ci mais non, je voterai Mélenchon même si je n’adhère pas à tout ce qu’il dit.
    Bonne journée à toi.
    J’oubliais, tu as raison sur un point fondamental, c’est l’inutilité et les salaires des grands fonctionnaires, c’est eux qu’il faut supprimer et dare-dare !

  4. Petite je pense que j’avais un petit ôté Calimrro, ce poussin un peu à côté de la plaque diraient certains !
    Pour la suite je vois que rien ne sera facile, les réformes se feront dans la douleur de quelque côté que ce soit
    Bonne journée Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *