La Laponie et l’or

L’or de Laponie sert à la création de bijoux dans des ateliers qui sont implantés dans les villes lapones de Rovaniemi et Sodankylä ou encore à Tankavaara. Voilà quelques créations lapones :

Lohi, pienet korvakorut, kultaKultasormus, granaatti

Dans le Lemmenjoki et dans ses affluents, on trouve aussi des pierres semi-précieuses en particulier des almandins d’un rouge profond (c’est le grenat le plus répandu), des grenats divers, des épidotites et des corindons. 

J’ai même lu qu’on pouvait trouver des diamants en Laponie. Encore un risque supplémentaire de détruire une partie de la planète. Imaginez un peu qu’un fabuleux caillou apparaisse… c’est la ruée assurée et la folie qui s’emparerait des hommes. Si le filon est bon, équipés de machines plus puissantes, ils travailleraient jour et nuit toute l’année, l’hiver par – 40 °C, l’été + 30°C, au milieu des moustiques et défigureraient le pays dans un assourdissant vacarme. (Il faut concasser généralement 1 tonne de roche pour extraire 1 carat de pierre précieuse.) Sans compter que cette pierre précieuse donne naissance à des trafics lucratifs comme on le voyait dans le film « Blood diamond ».

Je reviens vers l’or.

Savez-vous que la plus grosse pépite d’or au monde a été trouvée en 1869  en Australie ? Le record de 71,018 kilos n’a jamais été égalé. Elle mesurait 61 centimètres de large pour 31 centimètres de long et avait été baptisée « Welcome Stranger » (« Bienvenue étranger »).

Pour la petite histoire : lorsqu’elle a été découverte, la pépite se trouvait à seulement trois (3) centimètres sous la surface du sol, à proximité de l’écorce d’un arbre sur un terrain en pente. Le poids brut de cette pépite était de 109,59 kilos. Après les premières opérations visant à enlever les impuretés présentes sur la pépite, cette dernière ne pesait plus que 78 kilos et une fois totalement nettoyée, elle pesait 72,02 kilos.

Les poids varient 72, 71 kilos ou moins. Quoiqu’il en soit, c’était une pépite monstre. En l’absence d’une balance capable d’afficher le poids d’une pépite d’or aussi grosse, les « découvreurs » durent se résoudre à la briser en trois morceaux et recourir aux services d’un forgeron.

En août dernier (2016), un chercheur d’or australien a mis la main sur une pépite d’or de quatre kilogrammes. Pas mal, non ? Elle devrait lui rapporter plus de 250 000 dollars australiens, soit environ 169 000 euros. La pépite a même eu la chance de recevoir un petit nom, « Friday’s joy », « Joie du vendredi », en référence au jour où elle a été trouvée.

La plus grosse pépite découverte en France pesait 543 grammes, en juillet 1889 par un berger  dans le hameau des Avols, en Ardèche.

Consolez-vous, si besoin est : « L’argent ne fait pas le bonheur », l’or non plus. Je termine en chanson.

Share

3 réflexions sur « La Laponie et l’or »

  1. C’ est le rêve et l’ espoir qui motivent les chercheurs d’ or !
    Je me demande si la volonté d’ aller sur Mars, ne cache pas l’ espoir d’ y trouver des métaux précieux !
    Là où les orpailleurs ont sévi, il n’ est pas rare de trouver des villes abandonnées, une fois le gisement épuisé !
    J’ ai vu qu’ en Suède, lorsqu’ une carrière de granit est stoppée, il y a obligation de faire en sorte de remettre le terrain comme il était avant l’ extraction; comme d’ y replanter des arbres !
    Jolis bijoux, fabriqués avec l’ or le plus pur du monde !
    Passe un bon dimanche Françoise
    Bisous

  2. Très jolis, ces bijoux, bien que je ne sois pas fan …
    Une belle chanson, pleine de souvenirs.
    Bon dimanche, en espérant une aussi belle journée qu’hier !
    Bisoux, françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.