Dormir en Finlande

Dans mon billet « Surprises finlandaises » j’ai écrit : « la literie finlandaise peut surprendre. Tout d’abord, il n’y a que des lits une place, au mieux sont-ils rapprochés et recouverts d’un dessus-de-lit unique mais ce sont toujours deux couettes individuelles : chacun la sienne pour mieux dormir !  Et il y a enfin le matelas : partout je les ai trouvés très fins. Ceci dit ils n’étaient pas inconfortables… » et autre surprise dont je n’ai pas parlé : il n’y a jamais de volets aux fenêtres.

Là-bas en Finlande, il n’y a pas de volets mais des rideaux occultants et/ou des stores. La première nuit, si on ne tire pas bien le rideau occultant, c’est un peu étrange, surtout en août, en plein été, quand le jour refuse de s’en aller dormir alors qu’il est une heure du matin. Pas facile s’il vous faut le noir complet. Moi je m’en moque quand j’ai sommeil, je dors, n’importe où, n’importe comment. Pour un individu « normal », avant de se coucher, il faut penser à bien tirer le rideau et à baisser le store.

Voilà la nuit à dix heures du soir :
img_0294

Et la voilà à une heure du matin.img_0293

Pas de volets mais pourquoi donc ?

En France, au sud on vous dit que les volets « ça préserve la chaleur » et partout on répond logiquement « ça empêche la lumière de rentrer quand on dort« . Mais pourquoi des volets fermés partout la nuit ? Personne ne dort dans son salon ET dans sa chambre simultanément. Or, il y a des volets sur chaque ouverture ou presque, et partout un même rituel (en Espagne, en Italie ou au Portugal, au sud donc) : deux fois par jour au minimum, on ouvre puis on ferme les volets des vastes baies vitrées du séjour jusqu’à la lucarne du placard à balais pour peu qu’elle soit équipée d’un volet. Pour éviter le soleil alors qu’on le recherche au nord ? Moi, j’ai toujours pensé que je fermais les volets pour empêcher les voleurs de rentrer la nuit mais quand j’habitais au cinquième étage et que la porte n’était guère solide, pourquoi avoir gardé cette habitude ? Acte machinal, fait sans réfléchir.

Mais pourquoi pas de volets au Nord ?

En effet, cette particularité est présente dans la plupart des pays du nord de l’Europe : Pays-Bas, Suède, Norvège… et même en Allemagne pas si nordique. Sans doute cela correspond-il à un besoin de profiter au maximum de la lumière du soleil. En hiver, dans tous ces pays la luminosité est réduite ; l’absence de volets permet à la lumière de pénétrer plus facilement dans les habitations. En plus, il y a la neige qui tombe régulièrement en hiver et elle bloquerait l’ouverture des volets.

Il y a une autre explication, une explication religieuse. Les pays du nord de l’Europe sont fortement marqués par le protestantisme. Dans cette religion, il est important de montrer que l’on a une vie droite, ordonnée, sans péchés, transparente. L’absence de volets aux fenêtres serait une manière de prouver que « l’on n’a rien à cacher » et que l’on mène une vie vertueuse chez soi. Un besoin de transparence devant Dieu et devant autrui.

Aux Pays-Bas, les intérieurs des maisons sont comme des vitrines que les badauds peuvent observer de la rue. Au Sud, on se cache. Hypocrisie catholique ?

Je reviens à la Finlande. Je crois que là, l’absence de volets est liée au désir de profiter au maximum du soleil.img_0069

Pendant les hivers arctiques, le soleil est aux abonnés absents et le soleil de minuit, phénomène naturel le plus emblématique de la Finlande est bref : deux à trois mois maximum.

On peut se demander comment font les Finlandais pour se passer du soleil en hiver. Ils ont l’habitude mais ne le vivent pas aussi bien qu’on voudrait le croire.

À Helsinki, à moins de huit-cents kilomètres du cercle polaire, la durée de la lumière du jour au milieu de l’hiver n’est que de six heures environ. Les hivers polaires ont la réputation d’être complètement noirs ; c’est faux : la plus grande partie de la journée pourrait se résumer en un mot : “ pénombre ”. Ces hivers sombres ont des effets négatifs : c’est “ le blues de l’hiver ” ou dépression hivernale.

À contrario et pour des raisons évidentes, les lieux publics sont très fréquentés et animés en Finlande dès que l’été arrive : tout est propice à rester longtemps dehors. Rester chez soi semble une incongruité. Les Finlandais remettent leurs petits soucis du moment à plus tard, quitte à les retrouver quand les nuits se feront à nouveau plus obscures.

Voilà les terrasses dans une rue de Rovaniemi, le vendredi  5 août 2016 aux alentours de 22h30. img_0150

Bien que le soleil de minuit proprement dit ne brille qu’au-dessus du Cercle polaire, les nuits sont claires sur l’ensemble du territoire finlandais. Tard dans la nuit, le soleil bascule légèrement au-dessous de la ligne d’horizon avant de réapparaître pour une nouvelle course jusqu’au zénith.

Par ailleurs, il faut noter que tout au nord de la Laponie finlandaise, le soleil se maintient au-dessus de l’horizon plus de soixante-dix jours de suite. Si l’on passe au-dessous du Cercle polaire, le soleil bascule légèrement sous la ligne d’horizon pour quelques heures, ce qui ne signifie cependant pas que les nuits soient obscures : les « nuits blanches » sont la règle sur l’ensemble du territoire, jusqu’à Helsinki.

Une croyance populaire finlandaise très ancienne prête de nombreuses vertus au soleil de minuit. On dit par exemple que si une jeune fille cueille sept fleurs bien précises et s’en tresse un bouquet pour le placer sous son oreiller la nuit de la Saint-Jean, jour le plus long de l’année, elle verra alors son futur fiancé lui apparaître en rêve…

Les enfants finlandais sont à la fête en été : pour eux, la belle saison signifie qu’ils sont dispensés d’école (grandes vacances de fin mai à mi-août) et peut-être même dispensés d’aller se coucher ! Alors on danse !img_0152

Au fond, la philosophie estivale finlandaise est sans doute « Ne vous inquiétez pas outre mesure pour votre sommeil, sortez et profitez à fond du soleil de minuit ! Pas besoin de volets ! »

Et voilà…

Chaleur et ciel bleu à Rovaniemi en plein jour, vers quatorze heures :img_0111Au bout du rêve : 23°.img_0115

Euh… Rêve ? Et si c’était aussi ça le réchauffement climatique ? Finie la glace aux pôles…


Share

2 réflexions sur « Dormir en Finlande »

  1. Je trouve qu’ il faut garder une certaine intimité, et que donc il faut au moins des rideaux aux fenêtres.
    Les volets sont aussi là pour protéger les rideaux d’ une exposition trop forte au soleil !
    Le soleil déteint tapisseries et meubles, il suffit d’ enlever un tableau pour constater la différence.
    Et la nuit, les volets sécurisent, et évitent des visites non souhaitées !
    La Scandinavie s’ est adaptée à ses saisons, je comprends qu ‘on veuille profiter le plus longtemps possible du soleil.
    Quand au sommeil, je suis comme toi, je dors n’ importe où !
    Passe une bonne fin de semaine Françoise
    Bisous

  2. Ah je ne suis jamais allée aussi loin… L’Autriche à tout casser ! Par contre mon frère cadet de part sa profession de marin lui en a fait des voyages, merci Françoise, j’apprends !! Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.