Je n’ai pas fait Helsinki-Tallinn

Je n’ai pas fait Helsinki-Tallinn. C’est le trajet que j’avais prévu dans un premier temps mais je me suis demandé comment étaient les routes en Estonie, Lettonie, Littuanie, Pologne. En bon état ? Sûres ? Et quelle langue parle-t-on dans tous ces pays-là ? Anglais courant ou comme en France ? C’est beau l’Europe ! Pour la paix aucun doute ; pour la monnaie unique c’est à voir ; mais nous sommes si différents les uns des autres…

Je n’ai pas fait Helsinki-Tallinn mais les passagers ne manquent pas sur cette traversée de deux heures : un million de passagers sur ce trajet entre Helsinki et Tallinn en juillet 2014, surtout des Finlandais qui viennent s’approvisionner en alcool.

À Tallinn, les Finlandais sont gentiment surnommés les « vodka-touristes » ou encore « nos amis à quatre pattes » tant ils boivent. La ville de Tallinn aurait décidé d’interdire la vente d’alcool le dimanche, ce qui n’inquiète guère les Finlandais; il y a le bateau pour boire et faire ses provisions. D’ailleurs certains passagers font l’aller-retour « dans la foulée » et n’envahissent pas les rues de Tallinn.

Il parait que dès que le ferry s’ébranle, les bouteilles cliquètent dans les paniers et le va-et-vient entre la boutique et les tables ne cesse jamais. Il parait aussi que tous les Finlandais ont au moins une fois effectué cette traversée. Je la ferai peut-être une prochaine fois (j’aimerais bien, je suis curieuse).

Tous les bateaux ont des boutiques duty-free (hors-taxes) et les Finlandais font leurs provisions là pour changer d’Alko. Certains choisissent Helsinki-Tallinn, traversée plus courte, plus rapide, moins chère mais d’autres préfèrent la traversée Helsinki Stockholm car Stockholm et la Suède on toujours paru plus « civilisés » (évolués). J’ai lu que « La Finlande a le complexe du petit frère vis-à-vis de la Suède. Avant (car aujourd’hui, ça a changé) aller en Suède, c’était se rendre dans un endroit « mieux » : la Suède avait de meilleurs vêtements, de meilleurs magasins mais le monde s’uniformise et les Finlandais ne se sentent plus aussi arriérés, péquenots mais prendre ces bateaux suédois reste une expérience. Ceux qui ne boivent pas peuvent se relaxer, ils sont dans un environnement totalement différent et se lâchent, c’est leur moment de folie. »

Sur « notre » bateau, mes enfants sont allés jeter un coup d’œil sur les animations offertes et ont vu des Finlandais ou plutôt des Finlandaises se lâcher pour le karaoké, elles chantaient sans se soucier des apparences, une chanson dont les paroles étaient « Bou, bou, boum, bounga-bounga » ou quelque chose comme ça. Mes enfants ont aussitôt pensé à Berlusconi et ce recit m’a rappelé que Bunga bunga est une expression à la signification incertaine, qui date de 1910, si ce n’est plus tôt (selon Wikipedia). Il parait qu’en 1910, le trublion aristocrate Horace de Vere Cole, monta le canular du Dreadnought : se faisant passer pour l’empereur d’Abyssinie, il obtint de visiter le navire HMS Dreadnought de la marine britannique. Quelques complices avaient été recrutés pour l’occasion, dont Virginia Woolf, se déguisant comme lui pour tenir le rôle de son entourage et auraient crié : « Bunga ! Bunga ! » en s’émerveillant devant le navire.

Il est finalement très facile de s’amuser et de monter des canulars ; il suffit de penser aux « Yes Men ». Pour ce qui est des escroqueries diverses, les hommes politiques et les grands financiers sont là aussi pour nous le prouver. Pour ce qui est du reste, je ne crois pas que le principe de précaution et toutes les autres mesures de sécurité au goût du jour permettent d’éradiquer les farces. La rapidité avec laquelle sont diffusées les informations ne permet pas la vérification. Combien de morts annoncées par erreur ?

Et de cette supercherie, vous souvenez-vous ? Le 19 mai 2006, un journaliste publia, dans le National Post, un article où il prétendait que le parlement iranien avait voté une loi obligeant les minorités religieuses, dont les Juifs, à porter un signe distinctif ; le journal canadien publia un démenti le 24 mai 2006.

Drôle ? C’est à voir.

Share

1 réflexion sur « Je n’ai pas fait Helsinki-Tallinn »

  1. j’ ai un ami parti de France en bus, pour Moscou, qui m’ a dit que les routes en Pologne n’ étaient pas terribles !
    J’ ai aussi le souvenir d’ un repas pris au Georges V en Suède, et au cours duquel j’ ai vu arriver un orchestre, puis des femmes, venues pour danser et plus si affinité !
    j’ ai bien ri de la tête que faisait mon directeur, homosexuel !
    Tu sais, à Calais, il y a ce fameux magasin proche de l’ autoroute, avec dans ses parkings immenses, plus de voitures anglaises que françaises, et il faut voir les caddies remplis de bières et autres alcools !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *