Vivre ou ne pas vivre à crédit

Ma grand-mère me disait toujours “Si tu n’as as de quoi payer, n’achète pas sauf pour acheter ta maison”. Je ne sais comment vous ont éduqué vos parents mais moi c’était comme ça. Quand on ne peut pas avoir, on n’a pas. Et, pour avoir, soit on travaille plus pour gagner plus, soit on économise et on attend. Mais ça c’était valable avant. Aujourd’hui on veut tout et tout de suite et le crédit vous fait les yeux les yeux doux.

Je me souviens de petites affichettes dans de nombreux commerces “La maison ne fait pas crédit” et je me souviens aussi avoir entendu répéter souvent “Le crédit tue“. Mais pourquoi donc a-t-on oublié ces mots “le crédit tue” ? Pourquoi le monde entier a-t-il été saisi d’amnésie absolue ? Sans aucun doute pour faire plaisir au lobby des banquiers et pour nous plumer toujours davantage afin de nous réduire en esclavage.

En effet, il faut bien savoir qu’en achetant des biens de consommation à crédit, on vit au dessus de ses moyens… comme le fait la France en ce moment et qu’on ne peut pas s’enrichir en dépensant plus qu’on ne gagne. C’est du simple bon sens.

Le crédit qui vous est offert n’est qu’un moyen de vous rendre dépendant. Acheter à crédit vous permet de vous offrir quelque chose que vous ne pouviez vous acheter immédiatement mais il ne faut jamais oublier que, à crédit :

  • Vous achetez votre bien plus cher que son prix initial : il faut ajouter au prix initial le coût du crédit.
  • Vous n’êtes pas en position de force pour négocier : si vous « êtes prêt à tout » pour acheter ce bien, le vendeur n’a aucune raison de vous le faire à bon prix. Par contre si vous achetez et pouvez payer comptant, et surtout si  vous montrez que vous n’êtes pas sûr d’acheter ici, vous êtes en position de force et c’est le vendeur qui sera prêt à tout pour vous vendre son bien. Voilà pourquoi on dit qu’on ne prête qu’aux riches. Plus on a, plus on peut avoir. Toujours du bon sens.
  • Vous vous laisserez emporter par l’envie au lieu de laisser parler la raison : Ai-je vraiment besoin de ça tout de suite ? Ne pourrai-je pas faire autre chose de mon argent ?
  • Vous paierez, à un moment, pour un objet dépassé voire qui ne fonctionne plus dans les cas extrêmes : une voiture accidentée et hors d’usage par exemple. Au départ, on a pour un bien neuf et à la pointe de la modernité mais rapidement on paie pour quelque chose d’obsolète.
  • Et surtout : vous limitez votre capacité d’endettement : si vous vous engagez pendant plusieurs années pour acheter un bien de consommation, vous limitez votre possibilité de contracter un crédit pour acheter un bien immobilier et vous passerez peut-être à coté d’une bonne affaire qui vous aurez permis de vous mettre à l’abri.

Voilà une petite leçon de “vieille économie” et pour terminer, en bonne Française et en chanson, voilà de quoi sourire encore aujourd’hui. (Merci à ma pourvoyeuse d’images qui donnent des idées : merci Nadine !)

Share

1 réflexion sur « Vivre ou ne pas vivre à crédit »

  1. je suis bien d’ accord, on ne devrait acheter à crédit que la maison !
    Mais dans les faits, une voiture peut se révéler indispensable, pour se rendre au travail par exemple, et il est rare qu’ on puisse la payer comptant !
    On peut discuter, même si on passe par un crédit, parce que le plus souvent, le vendeur touche une commission sur ce crédit !
    Il y a aussi les crédits à taux zéro !
    Il faut tout considérer, même le fait qu’ à la fin d’ un crédit, ce que nous avons acheté a perdu de sa valeur, d’ autant que les fabricants veillent à une courte durée de vie !
    Quand à moi, si je fais un crédit, je n’ en fais pas d’ autre avant qu’ il ne soit échu !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *