C’est dimanche (177)

C’est l’avant dernier dimanche de 2015. Continuerai-je l’an prochain avec les histoires drôles ? Je verrai bien. En attendant un c’est dimanche « spécial travail » puisque nous sommes le 20 décembre et qu’à La Réunion, c’est la fête de l’abolition de l’esclavage. Mouais… Il existe toujours sous des formes plus ou moins différentes, l’esclavage. Mieux vaut sourire aujourd’hui dimanche que de se morfondre.

*****

A 21 heures, le téléphone sonne au domicile d’un médecin qui décroche. C’est un collègue qui dit :
– « On a besoin d’un quatrième pour un poker ! »
– « J’arrive dans dix minutes. »
– « C’est grave ? » demande sa femme.
– « C’est très grave, il y a déjà trois médecins sur place ! »

*****

Grave ! Au boulot, c’est vrai qu’il y a  de quoi avoir peur quelquefois, non ? Voilà ce que l’on peut entendre :

« Au début de ma carrière professionnelle, j’ai travaillé pendant dix ans à Dijon. Pour ceux qui ne connaissent pas Dijon, la ville est divisée en deux quartiers principaux : Dijon Haut et Dijon Bas. Moi, j’ habitais Dijon-Bas. Pendant dix ans, j’étais Bas-Dijonnais.

Après dix ans à Dijon, j’ai disjoncté. Alors je suis allé travailler à Limoges. Au bout de dix ans, j’ai été limogé.

Après ça, je suis monté à Vire où j’ai fait l’andouille pendant dix ans également. Et maintenant, je viens de me faire virer.

Je m’inquiète. Je viens de retrouver du travail. Mais comme c’est à Castres, je crois que je ne vais pas y aller ! »

C’est  comme ça que l’on peut se retrouver chômeur mais ça arrive plus souvent qu’on ne croit. Pas facile le monde actuel !
*****

Un homme qui rentre chez lui, marche dans la rue et se fait arrêter par un autre homme, masqué et armé celui-là.
– « Hé, toi. File-moi ta montre. », dit le second au premier.
Le gars lui donne sa montre, une Rolex contrefaite. Le voleur se plaint :
– « C’est quoi ça ? Une contrefaçon ? Quelle merde. File moi ton porte-monnaie. »
Le gars lui donne son porte-monnaie en plastique, imitation Pierre Cardin avec tickets de métro, une photo d’identité et deux centimes d’euro. Le voleur s’énerve :
– « Qu’est que c’est toute cette merde ! Ta veste est très usée, ton portable est préhistorique… T’es encore plus mal que moi. C’est quoi ton job ? »
Le mec répond :
– « Je suis Ingénieur Informaticien. »
Le voleur, en enlevant son masque demande :
– « Ah bon ! Quelle promo ? »

Vous le voyez, aujourd’hui les diplômes ne sont plus la garantie d’un emploi, encore moins d’un emploi bien rémunéré. Il vaut mieux être » footeux » par exemple

*****

Pourtant les bons patrons paternalistes ne manquent pas.

Dans une grande entreprise, le directeur demande à un jeune employé :
– « Comment vous appelez-vous, mon garçon ? »
– « Thomas. Et vous ? »
Le directeur est furieux.
– « Mon petit bonhomme », s’écrie-t’il, « je ne sais pas d’où vous arrivez, mais dans mon entreprise, on n’appelle pas les gens par leur prénom, mais par leur nom ! Si vous vous appelez Thomas Tartempion, je vais vous appeler « Tartempion », pas Thomas ! Alors, c’est quoi votre NOM DE FAMILLE ? »
– « Bien, Monsieur le directeur, mon nom est « Monchéri ». »
-« Très bien, THOMAS. Au travail  ! »

Ne jamais s’énerver trop vite.
*****

Une femme se rend chez le dentiste. Au moment où celui-ci s’approche du fauteuil pour commencer son travail, elle lui attrape les testicules au travers de ses vêtements !
Le dentiste lui dit : – « Wow! Madame, vous êtes en train de me serrer les parties… »
La femme lui répond : – « Oui. Et maintenant, nous allons être prudents et tenter de ne pas nous faire mal, ni l’un, ni l’autre. D’accord ? »
*****

Moi, aujourd’hui, j’ai envie de rire des vendeurs qui promettent monts et merveilles. J’en ai rencontré bien gratiné : grossier en prime mais celui-là, je dois avouer qu’il ne m’a pas fait rire, il a même réussi à me contrarier un peu plus que d’habitude. Dans quel monde vivons-nous si les clients doivent se rendre disponibles et se taire devant des gougnafiers nommés commerciaux ?

Un représentant en aspirateurs débarque chez une vielle dame qui habite une maison isolée , un peu après le bout du village.

Sans lui laisser placer un mot, il lui dit :
– « Madame, je vais vous faire une démonstration de la merveille des merveilles, le nouvel aspirateur « CYCLONE », l’aspirateur qui aspire tout en quelques secondes ! Où est votre poubelle ? Dans votre cuisine ? Je m’en doutais ! Permettez-moi de la prendre ! »
Il prend la poubelle et la vide sur la moquette au milieu du salon.
– « Ne vous inquiétez pas ! Car à présent, avec l’aspirateur « CYCLONE » je vais faire disparaître totalement toutes ces ordures ! Je m’engage personnellement à manger devant vous tout ce qui resterait sur le sol ! »
– « Attendez monsieur ! » L’interrompt la vielle dame. Je vais vous chercher du sel et du poivre, voyez-vous, je n’ai pas l’électricité…

Eh, hé ! Il faut écouter tranquillement les clients avant de s’emballer pour vendre tout et n’importe quoi.
*****

Note de service  

Merci de prendre connaissance de ces nouvelles dispositions à partir du 1er janvier 2015.

TENUE VESTIMENTAIRE
Il est préférable de s’habiller en fonction du salaire que l’on reçoit. Si vous arrivez avec des chaussures PRADA à 350 euro ou des sacs VUITTON à 600 euro, nous en conclurons que vous n’avez aucun problème économique, donc que vous n’avez pas besoin d’augmentation. Si vous vous habillez trop pauvrement nous en conclurons que vous devez apprendre à mieux gérer vos finances, donc nous ne pourrons pas vous donner d’augmentation. Si vous vous habillez normalement cela veut dire que tout va bien et que vous n’avez donc pas besoin d’augmentation.

JOURS DE MALADIE
Nous n’acceptons pas les certificats médicaux comme justificatif de maladie. Si vous avez pu vous rendre chez le médecin, c’est que vous pouvez aussi venir au travail.

JOURS DE CONGÉS
Chaque employé aura droit à 104 jours de congés appelés « samedi » et « dimanche ».

TOILETTES
Nous avons noté trop de temps perdu aux toilettes. Les nouvelles dispositions prévoient donc un maximum de 3 minutes aux toilettes.

Après ces 3 minutes, une alarme sonnera, le papier hygiénique disparaîtra, la porte s’ouvrira et une photo sera prise. Au second retard aux toilettes, la photo sera exposée publiquement.

LA DIRECTION.

—–

Voilà qui a le mérite de la clarté. Malheureusement l’esclavage n’est pas fini puisqu’il faut travailler dans des conditions de plus en plus déplorables. Alors « joyeux 20 décembre ! « , Bonne « fête de la Liberté » !

Gardons le sourire et pour finir, je vous souhaite un bon dimanche et de bons préparatifs de Noël.

À bientôt.

 

Share

2 réflexions au sujet de « C’est dimanche (177) »

  1. et bien, j’ ai encore pu rire !
    j’ aime bien celle du dentiste, mais pour moi, c’ est une jolie femme !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *