Parler… vrai, simple

Il paraît que dans la Grèce ancienne, les Athéniens parlaient et discutaient beaucoup entre eux : sur les places (Agora) d’Athènes, aux bains, partout ils parlaient, ils se parlaient (certains plus que d’autres). Heureuse époque pour les bavards. Ceci dit les discussions n’étaient pas toutes sans intérêt, on papotait et on philosophait, on réfléchissait, on organisait le monde. Je suppose. Je n’y étais pas.

Aristote, lui, avait l’habitude d’enseigner la philosophie en se promenant, en marchant avec ses disciples qui furent appelés les péripatéticiens (du latin peripateticus, lui-même emprunté au grec, un mot signifiant à l’origine  « qui aime à se promener, qui se rapporte à la promenade »). On parle, depuis Aristote, de la logique péripatéticienne, d’un philosophe péripatéticien mais aujourd’hui on dit plutôt aristotélicien car le mot péripatéticienne fait mauvais genre ; une péripatéticienne est une prostituée qui arpente les rues à la recherche de clients.

Au lieu de péripatéticienne, vous pouvez dire une pute, on vous comprendra et après tout, il faut appeler un chat un chat mais ce langage trop cru choque, il faut l’édulcorer. Reconnaissez que ce qui est jugé grossier, malvenu ne correspond pas toujours à ce que vous, vous trouvez grossier ou malvenu. Je ne sais pas ce que vous pensez mais certains humoristes ne me font pas rire du tout avec leurs mots trop crus. Je suis choquée par leurs histoires (genre Jean-Marie Bigard) mais ce qui me choque encore plus c’est que l’on taise certains mots jugés offensants, qu’on « moralise » à l’envi la langue, et que, pour être entendues, les phrases doivent être « politiquement correctes » (pas forcément grammaticalement correctes). Par contre, on laisse dire des vulgarités obscènes par des soi-disant amuseurs publics. « Deux poids, deux mesures. »

Pourquoi si je dis « noir », va-t-on me regarder de travers ? Il faut dire « black » pour être dans l’air du temps, mais noir ou black, c’est pareil. Je vous rappelle que le mot nègre vient de l’espagnol « negro » qui signifie noir et que le mot nègre n’a pas toujours eu cette connotation péjorative qu’on lui a attribuée. Aux USA, on ne dit pas black, ni noir, ni nègre, ni négro, on dit « Afro-Américains ». Au fait, est-ce que les Afro-Américains sont moins noirs depuis le changement de vocable ? Les nègres se sentent-ils mieux quand on les appelle « black » plutôt que noirs ? L’hypocrisie toujours et encore.

En France, pour adoucir le langage jugé  brutal, on a transformé les « filles-mères » en mères célibataires, les clochards en SDF, les aveugles en mal-voyants voire non-voyants, les mongoliens en trisomiques, les balayeurs en techniciens de surface, et pour « faire genre » comme disent certains autres, les ballons sont devenus des éléments rebondissants, les piscines des bassins en « milieu aquatique profond et standardisé »… Les pauvres sont devenus les « sans-dents » dixit une ex…. et envers et contre tout, la Poste et la SNCF continuent à appeler leurs clients des usagers, vu le prix du service, en particulier à la SNCF, on est en droit de se sentir floué. Je suis une cliente qui paie cher un service médiocre (vu les retards et le confort des trains). La Poste… mieux vaut ne rien dire, tout le monde sait comment ça marche… mal.

Mais je râle, non sans raison. N’êtes-vous pas d’accord ?

Moi, j’en ai marre des propos politiquement corrects et plus ou moins fumeux et surtout des mensonges en tous genres.

Share

7 réflexions sur « Parler… vrai, simple »

  1. Je viens de lire votre article avec un très grand plaisir ! Si les techniciens de surface remplacent les femmes et hommes de ménage, leurs armes sont restées les mêmes : chiffons balais et serpillières ! Et si les péripatéticiennes sont remplacées par les « putes », leur « métier » reste le même ! Tout est question de langage ! il faut avoir un parler « politiquement correct »….Est-ce que nos hommes politiques appellent un chat « un chat » ? certainement pas ! ils appellent taxes ce qui ressemble fort à des impôts (tout au moins pour celui qui les paie !) Et les médias leur emboîtent le pas ! il y a les mots « à la mode »…même si la définition vous échappe !
    Triste époque où la franchise n’est plus de mise !

  2. Merci pour ce billet dont je pense chaque mot ! Ce monde d’hypocrisie m’insupporte ! J’aime appeler un chat un chat. Ce qui est évident c’est que ces trouvailles sont sorties du cerveau trituré de gens qui doivent trouver une formule permettant de faire parler d’eux et surtout de toucher des salaires mirobolants sans travailler ! Belle journée

  3. D’ un côté, on laisse croire à une totale liberté, lorsqu’ on entend les  » amuseurs  » publics se complaire dans un vocabulaire sexuel, et accompagné de la gestuelle pour le cas où on n’ aurait pas compris, lorsqu’ on voit des chanteuses compenser la pauvreté de leur tessiture par des tenues plus qu’ osées, mais par ailleurs on aveugle le peuple en utilisant des termes sensés être plus corrects.
    C’ est de la poudre aux yeux !
    Par contre nul n’ est surpris qu’ après avoir banni le mot race du dictionnaire, on puisse encore accuser quelqu’ un de racisme !
    Un monde immoral qui tente de se cacher sous une trompeuse moralité !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  4. Excellent !
    Qu’ajouter de plus ? Rien, tout y est et je suis d’accord du début à la fin de ce texte.
    Il y a longtemps que je pense que les usagers de la SNCF devraient être recyclés eux aussi. Ca fait un bon bout de temps qu’ils sont devenus usagés.

  5. Ton billet du jour m’a bien amusée, c’est tous les jours que l’on s’en fait la remarque
    ça devient ridicule au possible toutes ces manipulations verbales tu as bien raison
    comme dit mon mari : on ne dit plus un aigle mais un oiseau de couleur …

  6. Merci de ta visite.
    Bien d’accord avec ton article. 😉
    On ne peut plus appeler un chat, un chat !
    Tiens, je ne vais plus parler de mon gendre, mais de l’homme qui partage la vie de ma fille … 🙄
    Bonne continuation. 🙂
    Gros bisoux
    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

  7. les politiques sont plus préoccupés par leur image et par la communication que part le projet politique au sens noble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.