Le progrès des maths

Les problèmes de l’école me préoccupent souvent. J’ai parlé des rythmes scolaires mais surtout de l’aménagement du temps péri-scolaire qui n’est qu’une vaste fumisterie, à La Réunion, c’est sûr, ou au moins dans la ville de Saint-Denis. En effet depuis la rentrée, les enfants de l’école maternelle où vont mes petits-enfants (dans d’autres écoles, c’est pareil) sont lâchés à 15h30 et rien n’est prévu pour les prendre en charge. Les parents doivent se débrouiller et s’ils travaillent payer pour avoir des garderies.

Où est le bien pour les enfants ?

Que leur apporte cette nouvelle organisation du temps scolaire ? 

Rien, sinon de la fatigue en plus, c’est sûr car le samedi matin, ils vont en classe pour seulement deux heures : de 8 heures à 10 heures. Le seul matin où les enfants peuvent se reposer, c’est le dimanche.

Au primaire ce n’est guère mieux, mais bon… personne ne semblant décidé à se rebeller, laissons tomber ça comme le reste.

Quant aux programmes scolaires, pdf ! Il y en a long à dire.  «Le niveau est bon», « il s’élèverait» parait-il. J’ai comme un doute quand je lis les journaux, les magazines, les publicités. Pourquoi cette reculade dans le classement PISA(Programme for international student assessment) ? La France est maintenant au 25e rang, soit deux places de perdues par rapport à la précédente édition de cette enquête d’évaluation internationale des acquis des élèves de 15 ans menée tous les trois ans dans les pays de l’OCDE. 

Quand j’entends les participants des jeux télévisés (à l’exception des émissions de qualité où des candidats cultivés se présentent), je suis effarée. Que savent donc la majorité de nos concitoyens pourtant bacheliers ? De moins en moins de chose. Deux lunes dans le ciel, par exemple ; il faut revoir ce morceau d’anthologie là. Qu’est devenu le rêve de l’honnête homme? Au XVIIe siècle, l’honnête homme avait une culture générale étendue et des qualités sociales propres à le rendre agréable en  société. Homme de cour et homme du monde, il devait se montrer humble, courtois et cultivé mais pouvait aussi s’adapter à son entourage. Au nom de la nature, il refusait tout excès et savait dominer ses émotions. Nous en sommes de plus en plus loin.

Tiens pour nous consoler un peu, sourions avec ce texte sur l’«Evolution de l’enseignement des maths depuis 1960» que je viens de retrouver dans de vieux mails que je trie.

*****

1960 : Un fermier vend un sac de patates 10 francs. Ses frais atteignent 4/5 de son prix de vente. Quel est son bénéfice ?

1965 : Un fermier vend un sac de patates 10 francs. Ses frais atteignent les 4/5 de son prix de vente, soit 8 francs. Quel est son bénéfice ?

1970  (Les Mathématiques modernes étaient arrivées. Horreur !  Je n’ai plus rien compris en rentrant en seconde en 1968, c’est là que le programme a changé) : Un fermier échange un ensemble de patates P avec un ensemble de pièces de monnaie M. La cardinalité de l’ensemble M est égale à 10 et chaque élément de M vaut 1 franc. Dessinez dix gros ronds représentant les éléments de M. L’ensemble C des coûts de production est composé de deux gros ronds de moins que dans l’ensemble M. Représentez C comme un sous-ensemble de M et répondez à la question suivante : Quelle est la cardinalité de l’ensemble des bénéfices ?

1975 : Un fermier vend un sac de patates 10 francs. Ses coûts de production sont de 8 francs et son bénéfice est de 2 francs. Soulignez le mot patates et engagez une discussion avec vos camarades de classe.

1981 : Un fermié kapitalist privilégié sanrichi injusteman de 20 francs sur un sac de patat. Analiz le tekste et recherch lé fôte de contenu de gramère d’ortograf de ponktuassion et ansuite di se ke tu panse de cête maniaire de sanrichir.

1990 : Un(e) fermier(ère) vend un sac de patates 10 francs. Ses coûts de production représentent 80 % de son revenu. Sur votre calculatrice, dessinez le graphe du revenu en fonction des coûts. Utilisez le programme PATATES pour déterminer le profit. Discutez le résultat avec les élèves de votre groupe. Rédigez une brève dissertation qui analyse cet exemple dans le monde réel de l’économie.

2010 : Un producteur de l’espace agricole câblé sur ADSL consulte en conversationnel une data bank qui display le day-rate de la patate (consulte le cours de la pomme de terre sur internet). Il télécharge son progiciel SAP/R3 de computation fiable et détermine le cash flow sur écran. Dessine avec ta souris le contour 3D du sac de pommes de terre, puis logue-toi au réseau (Deep Blue Potatoes), extrais de MIE le graphe des patates. Question : le producteur respecte-t-il la norme ANSI, ISO, EIAN, CCITT, AAL ?

2020 : Qu’est ce qu’un fermier ? Qu’est ce qu’une patate ?

***

Ça fait rire, hein ? Faut bien rire.

Bonne nuit.

Share

2 réflexions sur « Le progrès des maths »

  1. Bonsoir,

    Vaste débat en effet
    A titre perso j’ai jamais aimé l’école car j’estime qu’il y’a discrimination à la base
    Nous savons tous que chaque élève à un point fort qui est mal exploité
    On nait soit intellectuel ou manuel et très rarement les deux à la fois
    Apprendre l’essentiel pour rendre la vie plus facile c’est très bien
    Autonome et moins con quand on doit rédiger un commentaire par exemple
    Mais l’école n’est-elle pas un berceau d’emploi privilégier contre le chômage ?
    Du temps de mes parents 4 années suffisait pour parfaire le français et sa conjugaison ainsi que les maths en plus de connaitre les horaires de trains, des codes postaux, des poésies et l’histoire de france.
    Aujourd’hui c’est plus de 4 ans de scolarité pour arriver à un tel niveau
    Si bien qu’on assassine l’élève en lui bourrant le crâne de conneries
    C’est en tout cas, je que j’ai ressenti quand j’étais à l’école
    De la géographie par exemple c’est bien mais que voulez-vous que ça nous foute avec le tiers monde et leurs politiques ainsi que des solutions à apporter ? RIEN
    Ou de la guerre avec celle de 39-45 qui nous à fait perdre plus de deux années de cours uniquement sur ce thème alors qu’on étaient que de simples ados qui n’avaient jamais rien demandé. Faire perdurer les choses à été il me semble un prétexte pour garder les enfants le plus longtemps possible sur les bancs de l’école et pour un type comme moi qui n’avait pas pour vocation de faire de longues études à été catastrophique au point de me dégouter.
    On peut critiquer les cancres mais franchement à qui la faute ?
    Et là j’en parle en connaissance de cause, au prof qui n’a pas su lui apprendre l’intérêt de son cours ? A une démotivation suite à de mauvaises notes ou l’élève une fois rentré chez lui recevra une douille avec ses parents ? Ou tout simplement parce qu’il à du mal à apprendre et qu’il sais très bien que l’école c’est pas son truc

    Il faut de tout pour faire un monde, chacun normalement est destiné à faire quelque chose de sa vie, l’intelligence n’est pas une richesse quand on voit à quoi elle est utilisée à rendre l’humain encore plus esclave par d’inventions, de recherches, d’armements, de critiques et que sais-je encore …
    Il y’a une chose que l’école n’apprendra JAMAIS et qui est pourtant indispensable pour réussi, se débrouiller

    Sur ce Bonne nuit ^^

  2. La base est de savoir lire et écrire.
    à partir de là, nous avons chacun nos points forts, ce qui induit les faibles !
    Pourquoi ne pas pousser à fond dans les matières qui nous conviennent, à partir de la troisième par exemple !
    Le problème est que chaque ministre de l’ éducation veut imprimer sa marque, ce qui fait que l’ enseignement est devenu un foutoir !
    Je soupçonne en plus la gauche de vouloir niveler par le bas, afin de maitriser les béotiens futurs !
    Bon dimanche Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.