2015 et les anniversaires

2015 et les anniversaires. Il est des anniversaires que l’on fête, d’autres moins. Il n’empêche qu’ils existent aussi et selon le côté où l’on se trouve, ce sera victoire ou défaite. 2015, pour nous les Français, ce sont les défaites de Waterloo et d’Azincourt contre ces « maudits anglais ». 

1415, (vendredi 25 octobre),  Azincourt : dix-huit-mille (18 000) soldats français, sous les ordres de Charles VI, sont transpercés par les puissantes flèches anglaises (galloises) des six mille (6 000) hommes de d’Henri V. « Boucherie héroïque ». C’en est fini de la chevalerie et des combats au corps à corps, à l’épée, c’est l’arrivée massive des armes à distance. La guerre 1914 confirmera la toute puissance des armes industrielles et je ne parle même plus des guerres qui suivirent avec la première guerre d’Irak, en 1991, pour abattre Saddam Hussein, qui faisait penser à un jeu angoissant vidéo.

1815, 18 juin, c’est Waterloo. Cette défaite eut pour conséquence le traité de Paris qui marqua la fin de l’Empire et ruina momentanément la France ; en effet, outre l’abandon de certaines territoires, la France dut payer 700 millions de francs d’indemnités aux vainquers et entretenir à ses frais une armée alliée d’occupation de 150 000 soldats sur les territoires frontaliers du pays pour une durée de cinq ans

Cette défaite inspira Victor Hugo :

Napoléon les vit s’écouler comme un fleuve ;

Hommes, chevaux, tambours, drapeaux ; – et dans l’épreuve

Sentant confusément revenir son remords,

Levant les mains au ciel, il dit: « Mes soldats morts,

Moi vaincu ! mon empire est brisé comme verre.

Est-ce le châtiment cette fois, Dieu sévère ? »

Alors parmi les cris, les rumeurs, le canon,

Il entendit la voix qui lui répondait : Non !

Mais 2015 fête aussi

la fondation de la cathédrale de Strasbourg en 1015, soit mille ans déjà. L’évêque de Strasbourg et l’empereur Henri II posèrent ensemble la première pierre d’une nouvelle cathédrale sur les ruines d’un édifice carolingien. Sur l’insistance de l’évêque Werner qui voulait que la cathédrale soit construite à l’endroit précis où les premiers chrétiens avaient prié, elle a effectivement été édifiée sur des pieux enfoncés dans la nappe phréatique et remblayés car le terrain était peu propice à la construction. Commencées en 1015, ces fondations uniques au monde ne furent achevées qu’en 1028, année de la mort de l’évêque, treize ans après le début des travaux. Cette cathédrale brûla en 1176. Vers 1220, un architecte français ayant participé à de grands chantiers gothiques en Île-de-France comme Chartres et Reims arrive à Strasbourg avec ses artisans et initie le changement de style de l’édifice avec notamment le réhaussement de l’ancienne nef romane en un ensemble gothique et de l’élargissement des voûtes et des ouvertures dans les murs. D’autres destructions, reconstructions, embellissements se succédèrent et la cathédrale est là, debout, aujourd’hui.Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg

Encore un souvenir de ma grand-mère rattaché à ce lieu…

la fondation de l’abbaye de Clairvaux  en 1115 (abbaye cistercienne par Saint Bernard) soit neuf-cents ans. C’est au Val d’Absinthe qu’un jeune abbé et quelques moines venus de Citeaux, vinrent défricher une clairière de terre aride au cœur de la vieille forêt gauloise qui couvre les collines et les vallées des confins de la Champagne et de la Bourgogne. Cette terre de silence et de pauvreté va devenir pour la postérité la grande abbaye de la “claire vallée”. Haut-lieu de l’histoire religieuse, forte de centaines de filiations à travers l’Europe, Clairvaux restera une abbaye puissante jusqu’à la Révolution qui la confisque et la vend à un industriel. En 1808, Napoléon modifie le régime pénal français et rachète Clairvaux pour en faire la plus grande prison de son temps. Les vénérables murs de l’abbaye abriteront des détenus jusqu’en 1970. Aujourd’hui, Clairvaux reste prison, toujours dans l’enceinte monastique mais dans des bâtiments modernes. 

la famine de 1315 qui causa entre 500 000 et 800 000 morts en France. Cette grande famine (de 1315-1317)  se déroule dans toute l’Europe et, pour certains historiens, s’étend jusqu’en 1322. Elle marqua la fin de la croissance démographique du XIII° siècle.

– la victoire de Marignan en 1515. C’est la première victoire du jeune roi François Ier, dès la première année de son règne, acquise à un prix élevé : en une vingtaine d’heures, la bataille de Marignan fait un total d’au moins 16.000 morts au total. C’est la préfiguration des hécatombes de l’ère moderne.

l’anniversaire de la naissance du surintendant des finances Niolas Fouquet (27 janvier 1615). Il eut un pouvoir et une fortune considérables. Promoteur des arts au sens le plus noble du terme, Nicolas Fouquet sut s’attirer les services des plus brillants artistes de son temps. De nos jours, il est possible de mesurer la grandeur qui fut la sienne au château de Vaux-le-Vicomte. Destitué et arrêté sur l’ordre de Louis XIV en 1661 pour malversations, Fouquet fut condamné à la confiscation de ses biens et au bannissement hors du royaume, il vit sa peine élargie par le roi, en vertu de ses pouvoirs de justice, à l’emprisonnement à vie. Voilà contre quoi le peuple français lutta : l’arbitraire royal dont le symbole était la prison de La Bastille. Aujourd’hui, l’arbitraire existe-t-il encore ? Non, hurlerons certains mais le système démagogique du « deux poids, deux mesures » ne ressemble-t-il pas à l’arbitraire avec le pouvoir discrétionnaire des juges ? Je me pose la question. Pas vous ?

la même année 1615, Samuel de Champlain  poussa son voyage vers l’Outaouais et les grands lacs du Canada. Contraint à l’hivernage dans la région, l’hiver 1615, il rédige une description détaillée du pays, des mœurs, des coutumes et de la façon de vivre des Autochtones. Il s’émerveille devant la beauté du paysage et la fertilité des lieux. Il ne tire cependant que des renseignements limités sur l’Ouest mystérieux… Une époque où le courage et la curiosité étaient grands. Cet homme-là avait l’esprit ouvert, semble-t-il et tissa des liens amicaux avec des Amérindiens.

en 1915 : naissances d’Orlon Welles, Ingrid Bergman, Franck Sinatra, Edith Piaf, Jacques Chaban-Delmas… Violette Nozière et création du Canard Enchainé  le 10 septembre 1915. J’y reviendrai.

Share

2 réflexions sur « 2015 et les anniversaires »

  1. il est sur que chaque année a des anniversaires à signaler de par le monde.
    Je me disais aussi que bien des gens mouraient de famine, par la peste et le choléra, et que les ambitions des régnants avaient fait bien des morts aussi.
    Si tous ces morts s’ étaient reproduits, qu’ en serait il de la population mondiale aujourd’ hui ?
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Les 10 ans d’un anniversaire non tenu par nos gouvernements
    Une loi avait été faite en faveur de nos handicapés en 2005
    Pour que cette année en 2015 ceux-ci pouvaient accéder à toutes les administrations, commerces avec des structures adaptées aux fauteuils roulants
    Et qu’en est t-il aujourd’hui ?
    Rien n’a changé, les trottoirs tout comme les accès sont encore un frein pour leurs autonomie en plus du m’en foutisme de nos très chères élus.
    Je ne suis pas handicapé mais je compati grandement
    Demain ou après demain notre tour viendra peut-être
    Elle est ou l’égalité quand on discrimine une partie du peuple ?
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *