Au voleur !

« Au voleur ! au voleur ! à l’assassin ! au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! » c’étaient les cris d’Harpagon (L’avare, Acte IV, scène 7, Molière). Il y a bien des voleurs plus ou moins imaginaires dans la littérature française. Cartouche, Mandrin, Arsène Lupin mais surtout Jean Valjean, condamné à cinq ans de bagne pour avoir volé un pain afin de nourrir sa famille, un personnage récurrent des « Misérables » de Victor Hugo. Un voleur plein de courage et d’amour.

Hier, jour de l’épreuve anticipée de français du baccalauréat, Victor Hugo faisait partie des réjouissances pour les séries S et ES : « Écriture poétique et quête de sens, du Moyen Âge à nos jours ». Le sujet comportait trois textes avec une question et un travail d’écriture au choix : commentaire, dissertation ou invention.

J’ai été surprise de voir que les textes étaient suivis de lexiques. En voilà un après un poème de Victor Hugo, « Crépuscule » tiré des Contemplations :

1 Suaire : linceul, c’est-à-dire drap blanc qui enveloppe les défunts.
2 Moires : les reflets changeants, mats ou brillants, de certains tissus.
3 Vénus : peut désigner la planète qui se lève (appelée aussi l’étoile du soir ou l’étoile du berger), mais aussi la déesse de l’amour.
Mousselines : étoffes de coton blanches portées par les promeneuses.
Sépulcres : tombeaux.
If : conifère souvent planté dans les cimetières.
Coudrier : variété de noisetier.
Javelle : brassée de céréales, destinée à être liée pour former une gerbe.

Si vous ne me croyez pas, vous pouvez consulter les sujets, ici ou là et vous constaterez vous-même : http://www.lemonde.fr

Jadis, c’est-à-dire de mon temps, et même de celui de mes enfants, on nous demandait, bien avant le bac, d’expliquer des mots (rares ?) ce qui prouvait l’étendue de notre culture.

Nous avions aussi à nous battre avec ces mots compliqués dans les dictées non préparées. Qui n’a jamais connu des sueurs froides face à des rhododendrons, des dieffenbachia, ou un capitaine aux trois quarts éthylique ? Je me souviens comme si c’était hier de ma première dictée de CM1 qui m’a fait récolter la plus mauvaise note de ma vie dans cette matière, moi qui désespérais quand je n’avais que 16/20 alors qu’une seule faute vous enlevait quatre points, cette fois-là je n’ai pas eu la moyenne. Je me souviens de cette dictée qui décrivait un paysage automnal pas celui d’Octave Mirbeau mais un dans le même style : « Les chaumes s’attristent, les labours sont tout roses, sous le soleil. De place en place, s’étendent les regains des luzernes au vert dur, et les carrés de betteraves, dont les fanes ont pris des tons bleus plus sombres. Sous les pommiers, des femmes courbées ramassent les pommes et en remplissent les paniers d’osier et les sacs de toile bise. Deux chevaux blancs, énormes dans l’air, traînent lentement la charrue dont le soc chante comme les perdrix dispersées qui s’appellent, et, là-bas, un chasseur s’éloigne, grise silhouette. « 

Dans « ma » dictée, il était question de labours, de chaume et du soc d’une charrue. Le soc était devenu « socle » (- 4 points), les labours avaient gagné un « e » et j’étais rentrée totalement déconfite, moi la petite citadine, horrifiée par cette vie campagnarde pleine de pièges.

Connaissez-vous cette dictée qui fut soumise aux candidats d’un jeu-concours ? « Hêtre ou pas hêtre » ? Telle est la question, toute shakespearienne, que se seront posée cette année nombre de concurrents. Ceux qu’effraie l’idée de se planter se seront même cassé le tronc à supputer les maigres chances pour que le châtaignier, le marronnier et le cornouiller ne viennent pas ficher leur ramée dans la dictée. » 

Cette année, vous allez pleurer en lisant les réactions de certains élèves à propos de la poésie de Victor Hugo. Dramatique. Et dire que certains claironnent que le niveau n’a pas baissé !

Comme toujours je m’éloigne de mon idée de départ : les voleurs. Dans notre drôle de monde, il n’y a plus de limites aux vols. Les ficelles sont de plus en plus grosses mais nous nous laissons faire, par négligence, par lassitude, par fatigue. Voilà le dernier vol manifeste d’EDF que je viens de découvrir.

Ma fille cadette a choisi de payer ses factures par chèque (elle va passer sans doute au paiement par internet). Elle attend donc ses factures pour les payer. Comme elle travaille les relevés de consommation au compteur ne sont faits qu’une fois l’an. Elle paie des factures intermédiaires basées sur une consommation probable.

Le 5 mai, elle a reçu une relance et a aussitôt envoyé son chèque de règlement qui a été encaissé le 9 mai. Elle n’avait pas reçu la facture initiale mais n’a pas tardé à payer au moment de la relance, or elle vient de recevoir un courrier qui lui annonce que 7,50€ forfaitaires de frais d’impayés seront déduits du trop perçu qui doit lui être remboursé. Si nous ne sommes pas chez Ubu, nous n’en sommes pas loin. Payer des frais d’impayés alors que c’est votre fournisseur qui vous doit de l’argent est tout de même une idée originale.

Moi je dis que c’est de l’extorsion, du racket, du vol.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

J’attends avec impatience de connaître la réponse que ma fille recevra à sa demande de « remise gracieuse ». Et votre opinion bien sûr.

 

Share

4 réflexions au sujet de « Au voleur ! »

  1. C’est inadmissible et pour votre fille je lui conseillerai de se tourner vers 60 millions de consommateurs ou une antenne de ce genre qui squatte généralement un bureau ou une permanence dans une Mairie ou à défaut dans une cité administrative, le même endroit qui font office de dépôt et de simplification de changement de carte grise hormis la préfecture.
    En ce qui concerne la dictée j’ai jamais été bon en français, d’ailleurs c’est pas réellement ma langue puisque je suis Breton ^^. Donc, je revendique le terme d’illettré car seuls les mots vulgaires et un peu de base de ce dialecte m’empêche de suivre ou de participer à une discussion, mais je m’en totalement comme de ma dernière chemise.
    A défaut d’heurter certains, je considère que :
    L’instruction n’est pas le reflet de l’intelligence, le savoir c’est de s’adapter tout en sachant se débrouiller et ça c’est pas marqué dans les livres 🙂

  2. Il ne faut pas que ta fille se laisse faire, ce n’est pas à elle de payer. Bon courage, bisous

  3. l’ électronique n’ a pas amélioré l’ ambiance fonctionnaire, qui ne cherche pas à réfléchir, et applique bêtement le règlement, sans chercher plus avant.
    C’ est devenu un sport national que de voler, sans se faire prendre bien sur !
    C’ est bien la preuve que civilité et morale se sont dégradés outrageusement.
    à se demander si ce n’ est pas voulu afin de mieux disposer de citoyens devenus béotiens !
    Bonne journée Françoise,
    bisous
    ps.
    comme je ne veux pas être grossier, je ne te dis pas quelle aurait été ma réaction

  4. Nous sommes dans un monde curieux… Je dirais un monde qui n’a plus le sens de la responsabilité… et on se trouve trop souvent pris pour des tricheurs… alors que cela me semble plutôt l’inverse…
    Oui expliquer à des bacheliers les mots de Français, c’est un comble !…
    Bonne journée
    Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *