À la rue !

Je n’ai pas le temps d’écrire aujourd’hui mais j’ai retrouvé un billet que j’avais oublié de publier il y a quelques mois.  L’actualité dans le domaine des finances ne change guère, alors bonne lecture.

Il fallait l’inventer ce nouveau projet. Et qui va encore payer ? Les mêmes, toujours. Pas les gros gros riches, non, la classe médiane, ceux à qui on a appris la valeur de l’argent, les bienfaits de l’épargne… les pauvres péquins qu’on va plumer : vous, moi. Nous sommes de braves bêtes, des moutons à tondre jusqu’à ce qu’il ne nous reste plus rien.

Aux Armes ! etc. ? Tous dans la rue ? Tous dans la rue et en grèves multiples. Grève des achats. Grève des sorties. Grève de la consommation. Grève du paiement des impôts… Pas besoin de violence physique, matérielle, juste de l’absence de consommation (la cons-sommation). Dans le même esprit que méthode de désobéissance civile non-violente de Ghandi. J’ai écrit plusieurs billets en 2011 à ce propos de désobéissance et de résistance.

Des nouveaux impôts pour 2014, on y arrive sans aucun doute. Pourquoi ce silence assourdissant des médias ? (oxymore emprunté à Albert Camus, « La Chute ».)

Tous les propriétaires sont concernés, oui même vous avec votre petit logement acquis après une vie de labeur et après vingt ans de remboursements de crédit.

Que penser des nouvelles dispositions fiscales envisagées par le Ministère des Finances (Bercy). Je vous ai déjà dit qu’un bâtiment  construit sur l’eau (clic) ne pouvait qu’entrainer la ruine d’après le Feng-Shui. « Une habitation sur pilotis a souvent une mauvaise énergie, il faut être ancré dans le sol pour être solide, ne jamais y installer un local commercial, ne pas mettre d’eau vive (rivière) près d’un endroit où l’on veut garder son argent… »

Voilà à quoi nous devons nous attendre :

1) Des valeurs Cadastrales en augmentation…. C’est officiel, Bercy vient de lancer la refonte des « valeurs cadastrales » servant de bases au calcul des impôts locaux (taxes d’habitation et taxes foncières ) ce qui concrètement aura un résultat explosif…. une hausse de 200% à 300% des impôts locaux.  (Source « Mieux Vivre votre Argent  »  de novembre 2013 )

2) La taxation de la résidence principale : taxation d’un loyer fictif pour les propriétaires de leur logement. Le Conseil d’Analyse Economique (CAE) propose deux véritables bouleversements :

– taxer les Propriétaires de leur « Résidence » Principale sur la base d’un loyer fictif (sous-entendu, salauds de proprios qui ne paient même pas de loyer).

– soumettre les plus-values immobilières à l’impôt sur le revenu tous les ans après prise en compte de l’Inflation. (Source « Mieux Vivre votre Argent » de novembre 2013). Et les moins-values comme c’est le cas en ce moment, on fait quoi ?

Vous avez bien compris : les propriétaires vont donc bientôt devoir verser un « loyer » à l’État après le remboursement de leur emprunt (qui les a coincés pendant 15, 20 ou 25 ans ; en clair, soyez des cigales, consommez, empruntez, faites-vous plumer et taisez-vous, il faut faire marcher le système).

Le gouvernement  souhaite ainsi soumettre les «revenus fictifs » (l’absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt est un revenu) à l’Impôt sur le revenu ; c’est de la même trempe que la fiscalisation des cotisations des mutuelles complémentaires « offertes » par les patrons. Le gouvernement oblige l’adhésion à une mutuelle et taxe ensuite : double voire triple bénéfice.

De même, si j’ai bien compris, selon François Hollande, cette nouvelle taxe sur les propriétaires après le remboursement de leur emprunt rapporterait 5,5 milliards d’euros par an.

Voilà comment on récompense les fourmis après une vie de labeur, quand on a géré au mieux son budget familial, ce que notre Gouvernement actuel ne sait pas faire. Le déséquilibre du budget date des années Mitterrand. (J’avais voté pour lui en 1981, le cœur plein d’illusions encore). Bravo les Socialistes ! Pourquoi les indemnités d’élus ne sont-elles pas imposables au même titre que les revenus des salariés lambda ? Et les œuvres d’art, pourquoi sont-elles toujours exonérées ? La propriété de vos murs de béton est une mauvaise idée. Achetez des monuments classés, retapez-les, déduisez les frais, vous aurez des crédits d’impôts. Ça s’est fait et ça continue : Dernier Paradis Fiscal en 2014, les investissements en Monuments Historiques échappent non seulement au Plafond des Niches Fiscales, mais aussi aux Frais de Successions. Enfin, les économies d’impôts sont accordées sans contreparties de plafonds de ressources de locataires, ni même de plafonds de loyers.

Quant à vous nantis propriétaires de vos logements banals, lisez le Figaro du 12 Septembre 2013 si vous avez des doutes :

http://www.lefigaro.fr/immobilier/2013/09/12/05002-20130912ARTFIG00542-les-proprietaires-occupants-pourraient-payer-une-taxe.php

et si vous voulez en savoir davantage :

http://votreargent.lexpress.fr/impots/impots-s-attaquer-a-la-manne-fiscale-de-la-residence-principale-n-est-plus-un-tabou_336977..html?xtor=EPR-55-%5bMVVA_Patrimoine%5d-20130913–16771017%40261073072-20130913102438

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/09/11/un-rapport-propose-de-taxer-les-proprietaires-occupant-leur-logement_3475419_823448.html

Alors…  À la rue ?

Share

3 réflexions sur « À la rue ! »

  1. Bonjour Françoise, moi je ne suis pas propriétaire, je n’en ai pas les moyens mais je trouve ce projet absolument scandaleux ! Oui, les braves travailleurs ordinaires qui ne font pas de bruits sont méprisés et on leur préfère les « bling bling » ou la « racaille »…

    Quant à la désobéissance civile ou les actions de boycott, je trouve que ce serait bien plus efficace que les énièmes manifestations de rue mais les français suivront-ils ?… Ce n’est malheureusement pas trop dans notre culture

    Passe quand-même un bon week-end, bises

  2. Les salariés ne sortiront pas manifester car ils sont esclaves du système.
    Alors ça fait quoi au juste de voter gauche en 1981 ?
    Vous vous êtes fait désinfecter les mains après ? je plaisante ^^
    De mon côté j’essaye également de moins payer l’impôt que je trouve injuste car c’est ceux qui payent qui ne peuvent pas bénéficier des services de l’état, si je prends l’exemple de la poste, d’une administration ou d’une gendarmerie avec nos horaires on tombera toujours sur une porte close, la question que je me pose c’est es-ce réellement un service public et est-il nécessaire ?
    L’autre jour j’écoutais RMC à propos de l’impôt et tout le monde avaient tendance à dire que quelque soit le revenu tout le monde devrait en payer même si ce n’est que l’euro symbolique puisque des idiots veulent tout avoir et considére que tout leurs est dû, ils veulent plus de fonctionnaires, plus d’école, plus de services publics alors qu’ils ne payent pas « leurs cotisations » de bon citoyen. Le débat était animé et j’ai ensuite médité … Je vous en ferait peut-être part de la réflexion que je me suis faite mais pour cela le recul est nécessaire pour me forger ou pas à cette l’idée.
    J’ai vu sinon un reportage sur les exilés de nos retraités pour le Portugal afin de bénéficier d’allégement et d’exonérations de taxes et j’approuve totalement leurs démarches.
    La naissance d’une taxe est synonyme d’ingérence et plus elle s’ajoute sur le dos d’un contribuable ou d’un citoyen et plus les bouffons du roi dépense en oubliant leur principale mission de servir le peuple et non pas de se servir du peuple.

  3. On commence déjà à voir les résultats de cette politique fiscale, qui est tout le contraire de ce qu’ avait promis le gros cynique !
    CONTRAIREMENT à ce que Jean-Marc Ayrault avait d’abord envisagé, la transparence s’arrêtera à la feuille d’impôts. Les ministres n’auront pas à révéler – et à détailler – leurs ressources.

    Nul, au gouvernement, ne tenait à voir étalés les petits privilèges liés au régime d’imposition des élus.

    Près du quart de l’indemnité parlementaire d’un député ou d’un sénateur (environ 15 000 euros sur 63 000 euros par an) n’est pas imposable.
    Pas plus que leur « indemnité représentative de frais de mandat » (environ 6 000 euros par mois).
    Pas question non plus de déclarer comme avantage en nature leur éventuelle voiture de fonction (avec ou sans chauffeur), ce qui serait obligatoire pour n’importe quel salarié.
    Mais la plus importante des douceurs accordées aux élus, et pas seulement aux parlementaires, est le régime de la « retenue à la source ». Le revenu d’un multi-élu est divisé en autant de parts que de mandats, et chacune est imposée séparément.Ainsi, chaque indemnité reste dans les tranches les plus basses, autour de 20 %. « Le Canard » avait révélé que cette martingale avait permis à Hollande, avant d’être élu à I’Elysée, de diviser son impôt par deux et d’économiser ainsi 10 000 euros d’impôt en 2010, sur les 20 000 qu’aurait dû régler un salarié lambda.

    Comment justifier qu’un élu paie, à revenus et charges égaux, deux fois moins qu’un salarié quelconque ?

    «La transparence a des limites » comme l’a justement rappelé lundi
    le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies.

    Peut-on admettre ces avantages incompréhensibles au moment où le ras-le-bol fiscal atteint la plupart des Français. La ‘justice fiscale, fer de lance,soi-disant de Hollande, ne va pas jusqu’à toucher à ces privilèges d’un autre âge !

    Alors oui, tout le monde doit réagir

    Bon dimanche
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *