Le Pays des merveilles d’Alice

Je viens de revoir « Alice aux Pays des Merveilles » de Tim Burton. Ca me donne à réfléchir. La première fois, au cinéma, je n’avais pas vraiment entendu les dialogues tant j’étais fascinée par les décors. Cette fois, j’ai écouté et j’ai été surprise. Au Chapelier qui demande à Alice « Suis-je devenu fou ? », la réponse est « Je vais vous dire un secret, la plupart des gens bien le sont ». Extrêmement sensé, non ? Et quand les opprimés de la Reine Rouge se révoltent, ils disent qu’ils n’obéiront plus car les courtisans sont menteurs, tricheurs, falsificateurs… C’est donc partout la même chose ? Mais revenons au conte.

A mes yeux, le Pays des merveilles d’Alice est franchement dépaysant et affreusement angoissant. Peut-être ai-je lu trop tôt une version non édulcorée de cette histoire pas vraiment pour enfants ?

Je n’ai pas commencé par une édition Disney pleine de couleurs mais par un livre aux dessins à la plume, en noir et blanc. Je me souviens que mon imagination faisait un gros travail. Est-ce parce que je lisais le plus souvent quand j’étais malade et que j’étais seule dans ma chambre ? Est-ce que la fièvre accentuait le sentiment d’angoisse et cette sensation d’oppression ? Est-ce que le temps a déformé les souvenirs ? Le tout est qu’aujourd’hui, quand je repense à Alice au pays des merveilles, je me sens plus proche du monde sombre de Tim Burton que de celui du dessin animé de Walt Disney aux couleurs de confiserie.

Des détails me reviennent, détails farfelus, assez précis, omis dans les différentes adaptations du roman original : le Dodo et sa course à la fin de laquelle tout le monde gagne, le sourire (du chat de Chester) qui résiste à tout, la chenille et son narguilé sur le champignon, le biscuit à grandir qui met Alice en triste posture quand la maison craque de tous côtés, la mer de larmes, le lièvre de mars encore plus fou que le chapelier et cette pendulette, cette énorme montre du lapin au tic-tac effrayant, lancinant… Je l’entendais, je crois.

Arrivée ou plutôt tombée dans le pays des merveilles, Alice est en pleine crise d’identité. Elle ne connait personne, elle est seule et ne se reconnait même pas. Elle grandit et rapetisse, se métamorphose à plusieurs reprises. Elle perd tous ses repères dans toutes les dimensions : l’espace et le temps. Elle oublie le savoir scolaire et croit même avoir perdu la raison car elle ne peut pas comprendre le monde qui l’entoure, monde dans lequel la logique n’a plus cours : les animaux parlent, sont habillés, la reine veut – arbitrairement – couper des têtes, le Chapelier est fou, son discours tend à le prouver mais les autres personnages n’ont pas l’air tellement plus « sains ».

Le pays des Merveilles est un  lieu de contestation de l’ordre établi. Alice se dit qu’elle est dans un rêve, tout est permis, la déraison est la norme ; ne dit-on pas les rêves les plus fous ? Moi, je le trouve plutôt cauchemardesque ce rêve.

Ce pays des merveilles est un lieu d’excès : extravagance, folie et cruauté des personnages, distorsion du temps qui semble s’étirer à certains moments et se raccourcir à d’autres. Le Lapin Blanc court toujours après le temps « Je suis en retard » ne cesse-t-il de répéter, alors que le Chapelier fou et le Lièvre de Mars sont condamnés à vivre éternellement l’heure du thé. A la table du thé, rien ne change si ce n’est la place des convives. C’est l’agitation permanente, loufoquerie supplémentaire…Tiens, il y en a toujours et partout des vibrions.

Alice semble prisonnière de ce monde absurde, de son rêve. Jusqu’à quand ?

Son réveil ? La fin de l’enfance ? Nous avons bien pris conscience que c’est à elle qu’appartient la décision.

La décision de passer à l’âge adulte.

Et pour nous, pour les Japonais, les Libyens, tous les autres qui vivent un cauchemar, le réveil, c’est quand ? Comment ?

Share

Albert Jacquard

J’adore Monsieur Albert Jacquard. Lisez et vous saurez pourquoi.

Extrait de Petite Philosophie à l’usage des non-philosophes

« Manifester son bonheur est un devoir ; être ouvertement heureux donne aux autres la preuve que le bonheur est possible. » Tiens, voilà qui confirme ce que j’ai écrit à plusieurs reprises dans mes articles, tout particulièrement dans « Dépression nerveuse« . Je n’ai fait que redécouvrir ce que d’autres savaient déjà, mais qu’y a-t-il de meilleur que l’expérience pour apprendre ?

« L’oisiveté est, dit-on, la mère de tous les vices, mais l’excès de travail est le père de toutes les soumissions. » Depuis longtemps, j’ai compris. Malheureusement, nombreux sont ceux qui n’ont pas encore ouvert les yeux. Le dernier billet, avec une citation d’Emil Cioran, traitait de ce problème que j’ai évoqué à plusieurs reprises. Il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler…

« Exprimer une idée est une activité difficile à laquelle il faut s’exercer ; la télé supprime cet exercice ; nous risquons de devenir un peuple de muets, frustrés de leur parole, et qui se défouleront par la violence. » J’ai évoqué la nécessité de savoir parler, mais il faut avant tout réfléchir. L’école ne suffit plus pour apprendre la rhétorique. Qui vous empêche de parler à vos proches, de vous expliquer ? Taisez-vous et abrutissez-vous, voilà sans aucun doute les directives des gouvernants ! Vous le savez tous, plus vous courbez l’échine, plus on abusera de vous. Allez-vous vous laisser faire longtemps encore ? Réfléchissez et parlez !

Cependant ne perdez jamais de vue que « La liberté n’est pas la possibilité de réaliser tous ses caprices ; elle est la possibilité de participer à la définition des contraintes qui s’imposeront à tous. » Démocratie participative ! Vous n’avez pas la parole ? Pas grave, prenez là ! C’est comme la liberté. Prendre la liberté de parler. Beau programme, non ?

Et souvenez-vous qu’on ne peut avoir la pluie sans les orages.

Share

Trop travailler

Pour faire réfléchir ceux qui travaillent trop et oublient qu’il faut vivre.

Rappelez-vous de mon billet « perdre sa vie à la gagner« ou encore mon « Eloge de la paresse« .

« Les hommes travaillent généralement trop pour pouvoir encore rester eux-mêmes. Le travail : une malédiction que l’homme a transformée en volupté. Oeuvrer de toutes ses forces pour le seul amour du travail, tirer de la joie d’un effort qui ne mène qu’à des accomplissements sans valeur, estimer qu’on ne peut se réaliser autrement que par le labeur incessant — voilà une chose révoltante et incompréhensible. Le travail permanent et soutenu abrutit, banalise et rend impersonnel. Le centre d’intérêt de l’individu se déplace de son milieu subjectif vers une fade objectivité ; l’homme se désintéresse alors de son propre destin, de son évolution intérieure, pour s’attacher à n’importe quoi : l’œuvre véritable, qui devrait être une activité de permanente transfiguration, est devenue un moyen d’extériorisation qui lui fait quitter l’intime de son être. Il est significatif que le travail en soit venu à désigner une activité purement extérieure : aussi l’homme ne s’y réalise-t-il pas — il réalise. »

Emil CIORAN : Sur les cimes du désespoir

Share